Anticipation et gestion des risques d’évènements climatiques extrêmes et de catastrophes naturelles au Maroc


Publication IRES Maroc



Résumé exécutif

Anticipation et gestion des risques d’évènements climatiques extrêmes et de catastrophes naturelles au Maroc

L’étude fait le point sur les risques climatiques extrêmes qui pèsent sur le Maroc et sur leurs impacts directs et indirects sur l’économie du pays et analyse les forces et les faiblesses du système d’alerte précoce et des capacités d’anticipation des
événements extrêmes en examinant la structure du système de gestion de catastrophes liées au climat et son niveau de coordination (national, régional et local).

Après l’élaboration d’un diagnostic des risques climatiques extrêmes lors d’une première phase d’étude, la seconde phase a été consacrée à l’analyse de la structure du système de gestion des catastrophes naturelles. Cette dernière phase constitue
une synthèse globale représentant la quintessence des livrables et propose des recommandations susceptibles d’être adoptées par le Maroc en matière d’anticipation et de gestion des risques d’événements extrêmes.


La première phase de cette étude a montré que le changement climatique attendu au Maroc pourrait induire des modifications des aléas climatiques aussi bien au niveau des évolutions tendancielles que des extrêmes climatiques, notamment par:
 
une température moyenne annuelle plus élevée ;
des températures extrêmes plus fortes ;
des vagues de chaleur (plus longues, plus fréquentes et plus étendues
spatialement) ;
des précipitations annuelles moins importantes ;
une répartition saisonnière des précipitations modifiée ;
des précipitations extrêmes plus élevées et plus concentrées dans le temps ;
une modification de l’intensité et de la forme d’enneigement des zones montagneuses (sublimation élevée) ;
des sécheresses plus nombreuses, plus répandues et plus longues ;
des inondations fréquentes et plus dévastatrices ;
des mouvements de masse plus nombreux ;
des surcotes marines (submersions temporaires) et l'érosion de certaines zones côtières ;
des feux de forêt plus fréquents.

La réduction des risques de catastrophes dans le contexte de changement climatique constitue une préoccupation majeure et omniprésente, qui suscite l’intérêt des pouvoirs publics, toutes nations confondues et de la communauté scientifique internationale.

C’est ainsi que plusieurs pays et organisations internationales ont ratifié et adopté le Cadre d’Action de Hyōgo 2005-2015, lors de la conférence mondiale, sur la prévention des catastrophes, qui s’est tenue à Kobe, au Japon, entre le 18 et le 22 Janvier 2005.

L’objectif principal du Cadre d’Action de Hyōgo est de réduire d’une manière substantielle les pertes en vies humaines et les dommages subis par les communautés et les pays en biens sociaux, économiques et environnementaux dus aux catastrophes.

Le Maroc a connu ces dernières années une série d’événements climatiques qui se sont soldés par des pertes humaines et matérielles importantes.

La vulnérabilité du Maroc aux extrêmes climatiques est aggravée par de multiples contraintes biophysiques (désertification, diminution des ressources hydriques, dégradation des écosystèmes), réduisant les moyens d’existence de la population et limitant leurs capacités d’adaptation. Les communautés rurales risquent de voir leurs moyens d’existence se dégrader sous l’effet du changement climatique et de la baisse de la productivité végétale et animale qui constituent le plus souvent leurs seules sources de revenus.

Dans ce cadre, l’Institut Royal des Etudes Stratégiques a lancé cette étude traitant de la gestion des risques d’événements climatiques extrêmes et de catastrophes au Maroc. Elle a été menée en trois phases.

La première a examiné les risques climatiques extrêmes qui pèsent sur le Maroc et leurs impacts directs et indirects sur l’économie du pays.

La seconde phase a analysé les forces et les faiblesses du système d’alerte précoce et les capacités d’anticipation des événements extrêmes au Maroc. La présente et dernière phase présente une synthèse de l’ensemble des résultats y compris les recommand

rapport_gestion_risques_1.pdf RAPPORT-GESTION-RISQUES.pdf  (2.39 Mo)


        



Lu 23 fois