Santé et Bien Etre

Avantages et inconvénients du jeûne






Les Avantages

La privation volontaire de nourriture permettrait de maintenir une bonne santé (autant qu'une alimentation saine, que l'exercice physique ou d'une psychologie équilibrée). Les fervents défenseurs du jeûne pensent que cette pratique permet de "nettoyer" l'organisme afin de le préparer parfaitement à l'autoguérison (en le faisant reposer et se régénérer).
Jeûner permettrait (beaucoup de tests affirment les phrases ci-dessous sans véritable groupe de contrôle sérieux et indépendant) de :
Soulager l'arthrite rhumatoïde (pour diminuer la douleur et augmenter la capacité fonctionnelle),
Contribuer aux traitements de l'hypertension et de la pancréatite aiguë (pour réduire la douleur abdominale),
Améliorer la qualité du sommeil (en faisant diminuer le nombre de réveils pendant la nuit),
Soulager d'autres maux : allergie, asthme, rhumatismes, sinusite, eczéma, constipation, troubles digestifs, maladies du foie, etc.
Elever l'âme en éclaircissant l'esprit et les 5 sens,
Réduire le stress en prenant du repos,
Faire perdre du poids rapidement. Pas besoin de test bien évidemment, cette affirmation est fondée mais représente bien des inconvénients tout aussi fondés, comme nous allons le voir ci-dessous.


Les Inconvénients

La pratique du jeûne à des buts thérapeutiques est sujet à controverses. Certains spécialistes de la santé dénoncent un danger pour la santé ou en tout cas conseillent vivement de ne le pratiquer qu'avec l'assistance et la surveillance d'un médecin ou d'un nutritionniste. Censé éliminer les toxines de l'organisme, beaucoup de spécialistes pensent qu'il vaut mieux préférer un régime élevé en fibres alimentaires à la place (notamment parce que jeûner provoque la création de déchets liés à la combustion des réserves de protéines et de graisses).

La privation de nourriture possède des limites réelles. L'organisme humain, jeune et en bonne santé, peut supporter un jeûne complet, mais n'excluant pas la prise de boisson, pendant une période assez longue, jusqu'à trois mois (comme en témoigne l'histoire de 9 détenus de la prison de Cork en Irlande en 1920 qui avaient jeûné pendant 94 jours, il y eut aussi celui de Bobby Sands mort à Belfast le 5 mai 1981 après avoir engagé une grève de la faim sans retour le 1er mars) si la personne est bien portante et bien nourrie au moment de commencer à jeûner.

La physiologie s'adapte rapidement en mobilisant les réserves internes, mais, assez vite (en moyenne au bout de 3 à 4 semaines), jeûner peut comporter des risques importants, notamment vers la fin, sur le rythme cardiaque. Un suivi médical est vital au moins à partir de la 4ème semaine (plus ou moins suivant l'état de santé, les conditions de la privation et la nature des réserves au départ).

Le jeûne n'est pas du tout conseillé aux personnes diabétiques traitées à l'insuline, en mauvais état mental, atteintes de maladies rénales, de tuberculose, cardiaques ou hépatiques ainsi qu'aux femmes enceintes et enfants.

La perte de poids induite par la privation seule ne semble pas efficace à long terme. Il faut également modifier votre style de vie, adopter des habitudes alimentaires saines et faire des exercices physiques, sans quoi vous reprendrez le poids perdu grâce à cette pratique, tôt ou tard, avec l'effet yo-yo.

Les carences restent nombreuses, notamment parce que vous ne perdez pas uniquement des kilogrammes de graisse (70% du poids perdu) mais également ceux des muscles (30% environ du poids perdu). La perte de protéines (liée à la fonte de la masse musculaire) reste très importante. Elle représente un danger puisque lorsque vous utilisez les protéines comme source d'énergie de votre organisme, vous générez des déchets dont l'acide urique. Or un niveau élevé de cet acide dans votre sang peut provoquer des crises de goutte si vous faites partie des personnes prédisposées.

Les carences en vitamines (B et C) et oligo-éléments (minéraux tels le sodium, le potassium, le magnésium et le calcium...) sont importantes également. Elles peuvent mener à l'anémie (anomalie de l'hémogramme caractérisé par une diminution de la concentration en hémoglobine intra-érythrocytaire et par le manque d'érythrocytes qui entraîne un mauvais transport de l'oxygène par le sang) en cas de jeûnes répétés ou de durée trop longue.

Si vous n'avez pas suivi correctement l'étape de préparation préalable à un jeûne, vous risquez très fortement d'éprouver des malaises : vertiges, troubles visuels, convulsions, chute de la pression artérielle, lassitude, mauvaise haleine, sueurs, déshydratation, migraines, insomnie, nausée, étourdissements, irritation cutanée (éruption de boutons, etc.), douleurs musculaires, décalcification osseuse voire l'état de choc...

Financièrement, les frais de consultation des spécialistes de santé avant et pendant un jeûne (indispensables) peuvent s'avérer relativement coûteux. Cela devient carrément cher si vous décidez de suivre votre privation volontaire de nourriture dans un établissement spécialisé (ex. : cliniques spécialisées), dédié aux conseils, assistances et suivis des jeûneurs.

Le jeûne vous marginalise socialement et professionnellement puisque vous ne participerez pas aux repas en groupe ni en famille et que la fatigue sera tellement importante que vous ne pouvez pas excercer une activité professionnelle.

La diète hydrique reste déconseillée (sauf si vous souffrez d'une obésité très importante, et que votre spécialiste en santé vous la prescrit) si vous l'entretenez dans le seul but de maigrir (même limitée à un jour par semaine) pour des raisons précitées mais aussi parce qu'elle vous fatiguera énormément, endommage votre capital santé (notamment en baissant vos défenses immunitaires, augmentant le risque d'infections virales ou bactériennes) et ne fait pas éviter l'effet yo-yo (car votre organisme aura mémorisé les faibles besoins énergétiques pendant le jeûne et stocke alors tout nouvel apport énergétique - devenu après la privation nécessairement excessif par rapport aux apports quasi nuls pendant le jeûne - très facilement). Vous risquez très fortement de reprendre les kilogrammes perdus, et même plus encore.

De plus, veillez très particulièrement à la phase de réalimentation qui peut provoquer des arrêts cardiaques si elle s'effectue mal. En effet, en réintégrant mal les glucides dans votre régime alimentaire, l'effet du potassium sur votre métabolisme peut provoquer des arrêts cardiaques. Il s'agit entre autres d'une raison pour consulter absolument un spécialiste de santé avant, pendant et après une diète hydrique.

Source : http://www.regimesmaigrir.com/regimes/jeune-avantages-inconvenients.php
.
Avantages et inconvénients du jeûne




Notez



Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info

AILLEURS SUR LE WEB : Contenu proposé en Liens sponsorisés




loading...


Booking.com

Inscription à la newsletter

Recherche