L'affaire du viol en bus : et après ?


Chronique de Majda FB



Je salue (et je me garderai de vous dire si c'est de l'ironie ou pas) l'impressionnante réactivité de nos forces de l'ordre qui ont arrêté les quatre criminels impliqués dans le viol collectif d'une gamine - déficiente mentale en sus - dans un Bus de la capitale économique du Royaume Chérifien. 

Cette histoire - qui remonterait au 18 août (selon un communiqué de la société "Mdina Bus") - a démontré encore une fois une force mais en même temps une faiblesse de notre patrie : Il faut que les Marocains grondent à coups de Hashtags et de Statuts incendiaires pour que certains se bougent afin de rendre justice aux victimes. 

Et s'il n'y avait pas internet, que se serait-il passé? Je me le demande légitimement.
 

Comme prévu sur ma dernière chronique, la presse a fait ses gros titres sur le coup de filet de nos fins limiers qui se sont montrés très efficaces, nous offrant l'illusion naïve que la sécurité des femmes de ce pays importe. À mon humble avis, il n'en est rien. Et si personne n'avait parlé? Et si ce boucan - le nôtre - n'avait pas franchi les frontières de mère patrie pour atterrir dans des articles de journaux internationaux (parce que oui, notre honte est devenue internationale), que se serait-il passé? Et si la victime avait fait une simple vidéo - comme beaucoup d'autres avant elle - implorant la justice d'arrêter ses bourreaux, que se serait-il passé? Qui l'aurait écoutée? Nous sommes arrivés à un stade où nous avons besoin de voir un viol, du trash, une réalité brute pour enfin nous dire que c'est grave.
 

Les criminels ont été arrêtés et j'imagine que les sanctions seront exemplaires. Mais ces sanctions, seront-elles pour décourager leurs semblables ou pour calmer les esprits déjà irrités par tant d'autres affaires où la justice a été clémente, avec les mauvaises personnes? Ces sanctions seront-elles pour la dignité de la victime ou pour redorer notre blason bien trop terni par tant d'affaires quotidiennes qui nous rappellent à quel point notre pays va mal? Cette affaire sera-t-elle un aboutissement ou une simple poudre aux yeux en attendant qu'une autre réalité plus amère nous éclate au visage et qu'on s'y consacre en oubliant l'essentiel? Je me le demande.
 

Je suis Marocaine, j'ai 33 ans, j'aime mon pays et je n'aime pas ce qu'il est en train de devenir. Ce qu'il est devenu. Je suis une femme et je veux que mon pays me respecte et me fasse respecter en tant qu'être humain. Il aura fallu compter une autre victime pour ouvrir ce débat et moi, je ne veux pas le fermer. Je veux des engagements et des résultats. Je veux que ces dossiers moisis, classés, puant les viols et la pédophilie soient rouverts et que les victimes de ces crimes barbares récupèrent ne serait-ce qu'un peu de leur dignité.
 

Aujourd'hui, félicitons-nous mutuellement parce que nous avons réussi à faire entendre nos voix malgré nos différends et nos mentalités plurielles et bipolaires. Aujourd'hui, les criminels ont été arrêtés et j'imagine qu'ils trinqueront sévère ... Mais qu'en sera-t-il de demain? Et du jour d'après? Je me le demande.


Source aimablement autorisée par l'auteur :  https://www.facebook.com/majda.elkrami/



Notez




Inscription à la newsletter

Recherche






Booking.com