Louer un type juste pour parler à quelqu'un




L'idée a germé il y a quatre ans dans la tête du styliste indépendant Takanobu Nishimoto. Il a commencé par se mettre lui-même en location.
 
Et de couper court à tout soupçon : "les personnes qui me louent me demandent juste de les accompagner pendant une heure ou deux, surtout de les écouter". 
 
De la mamie gâteuse à l'ado rêveuse
 
Il y aussi eu un pêcheur qui en avait assez de faire le guet tout seul en attendant qu'un poisson morde à l'hameçon, une collégienne décidée à devenir une starlette mais pas vraiment soutenue par ses proches, un jeune salarié un peu gauche qui ne savait pas trop comment s'y prendre avec son supérieur.
 
Des "ossan" à louer, le service de M. Nishimoto en compte désormais une soixantaine, disséminés dans tout le pays.
 
Payé pour écouter
 
Pour la sociologue française Muriel Jolivet, spécialiste du Japon, ce service est révélateur de la difficulté croissante que rencontrent des Japonais à communiquer avec leurs proches, par peur de les ennuyer, de leur réaction.
 
Dans le cas d'"ossan rental", il s'agit d'une relation commerciale : "c'est parce que la personne paie qu'elle parle, qu'elle peut exiger d'être écoutée, ce qui n'est pas possible avec un proche qu'on ne peut forcer à accepter une conversation et envers lequel on peut éprouver une certaine honte. Des femmes me confient des choses qu'elles ne diraient pas à leurs amies", souligne M. Nishimoto.

Le service s'appelle "ossan rental", le premier terme désignant littéralement un homme entre deux âges (45-55 ans). Il en coûte 1.000 yens (8,5 euros) par heure.

Lire plus : Louer un "brave type" pour confier ses états d'âme
Source : http://weekend.levif.be/lifestyle/news/louer-un-br...


        




Notez




Dans le même sujet sur le Web 


loading...

Booking.com