Même les États veulent devenir des plateformes



Le concept de plateforme est donc associé a la transformation agile des organisations et à la capacité de s'ouvrir à un écosystème de partenaires qui l'utilisent.



Une des tendances qui s'affirme depuis au moins ces cinq dernières années, c'est bien celle de la "plateformisation de l'économie", pour signifier que les entreprises, les applications et même les États veulent devenir des plateformes.

Commençons par l'État plateforme, un concept tiré d'un article célèbre du MIT (Government as a platform - Tim O'Reilly) et qui avait fait l'objet d'un billet GreenSI un peu plus tôt dans l'année au terme de l'action dans le numérique 

On retrouve ici en toile de fond le concept d'une plateforme facilitant la transformation numérique d'un État qui se voudrait plus agile, plus transparent et même plus efficace, si on fait le lien entre numérisation et efficacité.  

Les plateformes ont été exploitées avec succès par les GAFA et les BATX en Chine. On compare souvent leur puissance à celle des États et leurs offres gratuites à des services qui pourraient bien être publics 

De bons exemples sont Google/Waze qui a les données de transport les plus fraîches pour les villes, ou encore Facebook Safety Check utilisé maintenant à chaque attentat pour déclarer que l'on va bien.

C'est donc certainement une bonne idée que les États s'inspirent de ces grandes entreprises du numérique pour réformer leurs services aux citoyens.


Source : http://www.zdnet.fr/blogs/green-si/l-empire-des-mi...



        




loading...

Dans le même sujet sur le Web