Pour trinquer sans alcool : Vive les mocktails


Pour répondre à ce nouvel intérêt des consommateurs. Les bartenders ont dû s'adapter. "Comment proposer au client la même sensation qu'un Martini mais sans alcool ?" demande Hyacinthe. Le Mary Celeste a trouvé une réponse. Il est possible d'y goûter un cocktail baptisé "Like a virgin", qui s'approche de très près du goût du martini. En mixologie, une nouvelle compétence est en train de se développer : reproduire le goût d'un alcool... mais sans alcool.



Portés par la vague healthy, les bartenders troquent les spiritueux pour des breuvages complexes sans alcool à base de fruits, de légumes, d'infusions et d'épices en tous genres.

Un phénomène qui va beaucoup plus loin que la technique. Ainsi, pour répondre à cette nouvelle demande du sans alcool, de nouveaux produits sont en train d'apparaitre. Comme le Citrus blend par exemple. Un concentré de botanique à base de citronnelle, fenouil mais aussi d'infusion au thym, laurier et saumure d'olive.

Appelé également "le sirop de tonic", il permet "retrouver toutes les sensations et herbacées" du gin. Le but ? Boire un Gin Tonic mais sans les effets de l'alcool.

"Ce n'est que le début du sans alcool" explique Carina. D'autres avancées techniques commencent à voir le jour. Arrivés à Londres, il y a tout juste un mois, des produits comme le "Seedlip " viennent de faire leur apparition sur le marché français.

C'est ce qu'on appelle un spiritueux sans alcool. Composé de 2 écorces, 2 citrons et 2 épices, ce produit utilise exactement les mêmes méthodes de distillation qu'un spiritueux classique, mais avec une faible quantité d'alcool qui disparaît ensuite lors de la production finale. Il est considéré comme "le futur des boissons sans alcool ".

Une nouvelle place à définir ?

À terme, il est même possible de repenser totalement la place du sans alcool sur la carte. " Le plus intéressant pour moi serait de ne pas spécifier dans un menu quels sont les cocktails avec ou sans alcools" explique Hyacinthe.

" Si le travail fourni est équivalent, il est dommage de catégoriser les cocktails et leur mettre une étiquette qui rebute un peu les gens". Le fait de penser le cocktail sans alcool comme une catégorie est presque une erreur de la part du consommateur. "Il n'y a pas de catégorie "cocktails avec ou sans alcool".

Simplement, chaque cocktail sans alcool entre dans une catégorie "dry", "tiki", et autres, tout comme son grand frère du 'avec alcool' ".

Pour que le marché du sans alcool s'ouvre véritablement, l'éducation du consommateur devient alors primordiale. Un objectif qui fait partie des challenges à relever pour les bartenders dans les années à venir... Carina Solo Velasquez est la première à lancer cet appel à ses clients : "C'est à vous de faire bouger la scène du sans alcool !".

Source : http://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/recett...




        

Notez





Dans le même sujet sur le Web 


loading...



Inscription à la newsletter

Recherche