Quelles perspectives de développement des relations du Maroc avec l'Afrique australe et l'Afrique de l’Est ?





Quelles perspectives de développement des relations du Maroc avec l'Afrique australe et l'Afrique de l’Est ?
L’étude sur les relations Maroc-Afrique Australe et de l’Est s’inscrit dans le cadre des nouvelles Orientations, contenues dans le Message Royal du 30 août 2013, appelant l’IRES à consacrer ses efforts au domaine diplomatique et aux différentes questions liées aux relations extérieures du Maroc, dans leurs différents volets politique, économique, social, culturel et environnemental.

Elle fait suite aux études déjà réalisées par l’Institut, en l’occurrence l’étude sur les relations Maroc-Afrique de l’Ouest et celle portant sur la stratégie globale de positionnement du Maroc sur le continent. Cette étude se base sur le fait que l’Afrique constitue une profondeur stratégique du Maroc et que l’intérêt pour l’Afrique, sous le Règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a pris une grande dimension, avec pour objectif de permettre au Maroc de reconquérir son leadership africain et de contribuer efficacement à l’effort de développement du continent, selon une approche de coopération « gagnan-tgagnant ».

Cet intérêt est reflété, aujourd’hui, par les multiples Visites Royales, effectuées aux pays du continent, qui ont donné naissance à un maillage important d’accords bilatéraux dans une multitude de domaines, mais aussi au développement de relations avec des groupes régionaux, comme l’UEMOA et le CENSAD. A cela s’ajoutent le développement sensible des exportations marocaines vers l’Afrique subsaharienne et la croissance soutenue des investissements des entreprises marocaines, ayant opté pour une internationalisation de leurs activités en Afrique.

Au-delà de leur dimension économique et financière, somme toute importante, les relations du Maroc avec les pays d’Afrique s’insèrent dans la dynamique de la coopération tripartite, à travers laquelle le Maroc contribue à la mise en œuvre de projets de développement en Afrique, en collaboration avec des pays développés et des organismes internationaux. Il est en de même de la coopération dans le domaine spirituel, de l’accueil au Maroc des étudiants et des cadres africains dans les universités et les centres de formation, de la contribution effective du Maroc au renforcement de la paix et de la stabilité en Afrique ainsi que du recours à une approche humanitaire, en matière de traitement de la question migratoire, dans le cadre de l’initiative lancée, récemment, par le Maroc en la matière. 

Dans le but de consolider l’ensemble de ces acquis, le Maroc devrait étendre ses relations de partenariat aux pays d’Afrique Australe et de l’Est, malgré l’éloignement géographique de ces pays, leur appartenance à des aires culturelles et linguistiques différentes (anglophone et lusophone) et l’attitude ambivalente, voire hostile, de quelques pays, au sujet de l’intégrité territoriale du Royaume. En s’appuyant sur son expérience en matière de coopération avec l’Afrique de l’Ouest, le Maroc gagnerait à développer son commerce extérieur avec les pays d’Afrique Australe et de l’Est et à encourager activement les investissements des entreprises nationales dans cette région. Ceci est d’autant important que cette région recèle un grand potentiel, comme en témoigne la présence de plus en plus marquée des entreprises relevant, en particulier, des pays émergents.

Le Maroc dispose de tous les atouts nécessaires pour s’inscrire dans cette dynamique et nouer des alliances gagnantes avec les acteurs émergents. Cela permettrait à un nombre important d’entreprises nationales d’acquérir une dimension internationale, d’améliorer leur compétitivité économique et de renforcer, in fine, le rôle du Maroc, en tant que plateforme d’exportation, au carrefour des marchés africains, européens et américains. Si la politique africaine du Maroc est diversifiée d’un point de vue sectoriel, elle reste, essentiellement, déséquilibrée d’un point de vue géographique.

En effet, si le Royaume a pu intensifier ses relations avec les pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, il est resté en retrait par rapport à d’autres sous-régions, notamment l’Afrique Australe et l’Afrique de l’Est, aussi bien d’un point de vue politique, culturel qu’économique. Les relations politiques et diplomatiques du Maroc avec les pays de ces deux sous-régions ne sont pas suffisamment développées, comme en témoigne le nombre limité de représentations diplomatiques marocaines, alors que c’est dans ces dernières que nous trouvons le plus grand nombre de pays affichant des positions défavorables eu égard à la question du Sahara marocain, reflétant soit un déficit d’information soit des positions idéologiques, aujourd’hui surannées. Pourtant, le Maroc partage avec les pays d'Afrique Australe et de l'Est l'histoire des mouvements de libération. En effet, le Maroc a largement contribué au "panafricanisme de libération" à travers le soutien que le Royaume avait apporté aux mouvements de libération de l'Afrique du Sud, de l'Angola, du Mozambique. Ces relations historiques ont, certes, donné lieu, à la création d'un cadre juridique de partenariat régi par des accords, conventions et commissions mixtes, mais cela n'a pas été suivi d'effets. 8 Sur le plan économique, les relations commerciales entre le Maroc et les pays d’Afrique Australe et l’Est connaissent une certaine progression, quoiqu’encore limitées et polarisées sur un nombre réduit de pays.

En matière d’investissements, les IDE marocains sont quasi-absents en Afrique Australe alors qu’ils évoluent légèrement en Afrique de l’Est. Ils sont l’œuvre exclusivement de certains groupes bancaires et d’entreprises opérant dans le secteur touristique. En ce qui concerne l’image du Maroc en Afrique Australe et de l’Est, celle-ci est loin d’être défavorable comme d’aucuns le pensent. Ceci est perceptible à travers la presse écrite des deux régions, qui est globalement neutre dans son traitement des questions relatives au Maroc. De plus, les sondages d’opinions effectués auprès de certains responsables d’Afrique Australe et de l’Est montrent que ces derniers ne sont pas apriori hostiles au Maroc, mais affichent plutôt un déficit d’informations sur le pays.

Partant de ce constat général, l’étude s’est attelée à apporter des éléments de réponses aux questionnements suivants :

 Quelles sont les principales caractéristiques des relations entre le Maroc et l’Afrique Australe et l’Afrique de l’Est, sur le plan historique, géopolitique, économique et institutionnel ?

 Quels sont les facteurs de blocage qui entravent le développement de ces relations et comment les transformer en levier de croissance pérenne et durable ?

 Quel est le potentiel de développement des relations entre le Maroc et les pays des deux sous-régions ? quels sont les secteurs porteurs ? ainsi que les pays clés qui pourraient constituer la porte d’entrée du Maroc à l’Afrique Australe et de l’Est ? La présente étude a pour objectif principal d’esquisser les contours d’une politique étrangère rénovée du Maroc en direction des pays de l’Afrique Australe et de l’Est, axée sur le ciblage des futurs pays partenaires au niveau de la région et en faire un cheval de bataille pour infléchir les positions hostiles à l’égard de la cause nationale. Schématiquement, les objectifs de l’étude peuvent être résumés comme suit :

 Cerner l’état actuel des relations entre le Maroc et les pays d’Afrique Australe et de l’Est dans leurs multiples dimensions et faire ressortir les facteurs de blocage qui limitent le développement de ces relations. A cet effet, une enquête sur l’image du Maroc au niveau des principaux pays de cette région sera menée. 

 Examiner la position des pays de l’Afrique Australe et de l’Est eu égard à la question du Sahara marocain, en vue d’en comprendre les soubassements et d’en décrypter l’évolution future.

 Conduire une analyse prospective des relations du Maroc avec les pays de l’Afrique Australe et de l’Est, en vue d’en cerner les potentialités et les risques éventuels et identifier les pays clés qui pourraient constituer une priorité de la politique étrangère du Maroc en direction de la région ainsi que les secteurs porteurs, susceptibles d’élargir le champ des intérêts communs.

 Faire des propositions de politique étrangère à même de permettre au Maroc de développer ses relations avec les pays d’Afrique Australe et de l’Est, y compris à travers des stratégies de coopération triangulaire avec des puissances émergentes actives au niveau de la région.

Ces propositions porteront également sur les actions appropriées que le Maroc devrait déployer pour infléchir les positions hostiles à son intégrité territoriale. Le caractère multidimensionnel de l’étude et sa complexité ont rendu nécessaire de recourir à une méthodologie fondée sur plusieurs instruments d’analyse pour appréhender les différents contours des relations du Maroc avec les pays d’Afrique Australe et de l’Est, décrypter leur dynamique et comprendre leur évolution future vraisemblable. L’étude s’est basée sur l’analyse du contenu politique, réglementaire et institutionnel ainsi qu’économique et financier des relations Maroc-Afrique Australe et de l’Est.

Elle tient compte des conclusions tirées des rencontres et séminaires organisés par l’IRES. Outre l’analyse des publications pertinentes en rapport avec la thématique sous revue, l’étude s’est appuyée sur des entretiens tenus avec des responsables des ambassades de certains pays d’Afrique Australe et de l’Est ainsi qu’avec des experts des questions africaines relevant des institutions nationales publiques et privées et des organisations régionales et internationales dont la Banque Africaine de Développement et la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique.

rapport_global_afrique_est_et_australe.pdf Rapport-Global-Afrique-Est-et-Australe.pdf  (2.4 Mo)


        

Lu 74 fois


Inscription à la newsletter

Recherche


FreeCurrencyRates.com