LE212.Info
le212 Info



Rabat : un voyage dans le temps




Casablanca étant la seule ville du Maroc où la présence européenne était importante au début du XXème siècle, la ville de Rabat se développa d'abord sur l'axe routier vers Casablanca.

Bab El Had accueillit donc la 1ère gare ferroviaire à usage militaire et à voie étroite. Ce n'est qu'en 1920 que la voie normale fut construite. Bal El Had accueillit aussi le 1er tramway de Rabat qui a réapparu entre Salé et Rabat dans une nouvelle technologie en 2011.

A partir de la gare, les quartiers proches s'animèrent : Bab El Alou et l'Oubira, quartier de l'orangeraie, quartier de l'Océan... Plus haut sur la colline des Touarga, on trouvait les bureaux de la résidence générale, de l'administration du protecorat et les villas des hauts fonctionnaires.

Pour relier, les deux quartiers on traça à travers des terres incultes l'avenue Dar El Makhzen qui devint le cours Lyautey, futur boulevard Mohammed V.

Rabat fut avec Casablanca un laboratoire d'urbanisme pour les jeunes urbanistes et architectes de l'école d'architecture française qui avaient pour nom, Prost, Laforgue, Marrast, Laprade, Tranchant De Lunel et beaucoup d'autres qui devinrent célèbres grâce à Rabat. Ces jeunes urbanistes provenant d'écoles différentes avaient aussi, entre eux, des rivalités sournoises qui font encore écho aujourd'hui : parmi les conflits les plus célèbres, le plus patent était celui qui opposa Michel Écochard de la direction du Service de l’Urbanisme à  Henri Terrasse inspecteur des momuments historiques. Ce dernier  considérait, par exemple,  les médinas comme des monuments historiques qu’il fallait protéger dans leur intégrité, alors que Ecochard refusait « les constructions modernes revêtues d’une enveloppe de style traditionnel ». Ne nous moquons pas, ce conflit existe encore de nos jours, même si les protagonistes ne sont plus les mêmes...

Source : http://www.rabat-maroc.net/rabathier/rabathier_ville_de_lyautey.html


        

Notez



Booking.com