Menu


Santé et Bien Etre

​Du chocolat et jus d'orange à base de microalgues





Nutrition -Organismes microscopiques capables de survivre dans des environnements extrêmes, les microalgues sont déjà dans nos assiettes.

Deux espèces, Spiruline ou Chlorella, sont autorisées et produites à l'échelle industrielle et incorporées dans divers aliments (sauce salade, pâtisseries), ou encore vendues sous forme de compléments alimentaires.

Elles présentent un sérieux avantage : elles sont capables d'accumuler jusqu'à 70% de protéines, et produisent 50 à 100 fois plus de protéines par unité de surface que les sources animales ! "Le potentiel est important, il reste 30.000 espèces de microalgues inexploitées", explique Cécile Gladine, chercheuse de l'Inra.

Des entreprises françaises, comme Algae Natural Food, produisent déjà des microalgues à l'échelle semi-industrielle (60 kilogrammes par mois). Chocolats et jus d'orange à base de spiruline, recette de pâtes aux microalgues pour remplacer les traditionnelles pâtes aux œufs... Algae Natural Food fourmille d'idées et espère produire une tonne par mois de microalgues d'ici fin 2017. 

Les innovations de la "food tech" sont donc à notre portée...

Mais accepterons-nous de les manger ? "Même s’ils ont, dans l’ensemble, tendance à se méfier des innovations et qu’ils recherchent la tradition et le naturel, les hommes ne sont pas insensibles aux produits et services innovants de la food tech, explique le sociologue Eric Birlouez.

Bien que contradictoires a priori, les deux attitudes peuvent co-exister harmonieusement.

A une condition toutefois : que les innovations proposées soient perçues comme compatibles avec leurs représentations, besoins et attentes." Eric Birlouez promet un bel avenir à la "rétro-innovation", regroupant les produits au look "vintage" s'inspirant de recettes anciennes, et le manger "mieux" (plus sain, plus éthique), tout en gardant sérénité et plaisir.

Deux valeurs essentielles pour les humains au moment de passer à table. C'est pourquoi le sociologue est plus réservé sur la généralisation des insectes et microalgues dans nos assiettes.

"Dans notre culture alimentaire , ils n’ont rien de "traditionnel".

Même problème avec la future viande "synthétique" issue de cultures de cellules souches musculaires, même si certains voient dans celle-ci le moyen de résoudre les questions éthiques et environnementales posées par l’élevage." 




Notez

Lu 21 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche