15è édition de la dictée du Maroc 2019 : Demi-finale




15è édition de la dictée du Maroc 2019  : Demi-finale

Demi-finale de la 15è édition de la dictée du Maroc 2019
 
Organisée le 9 février 2019 par l’Union des Conseils des Parents d’Elèves (UCPE) : association de parents d’élèves  dans les établissements AEFE au Maroc, en partenariat avec l’Ambassade de France et le ministère de l’Education Nationale, la  demi-finale de la 15è édition de la dictée du Maroc a rassemblé  plus de 1000 participants provenant de plusieurs villes du Royaume. 

Unis par leur passion commune pour la langue de Molière, ces derniers ont d’abord été confrontés  à un QCM portant entre autres sur  l’orthographe ou la grammaire et  permettant de départager les ex aequo, puis à la fameuse dictée divisée en quatre catégories: minimes, cadets, juniors et seniors, rédigée par Jean- Paul Colignon.

Célébrité française  en matière de rédaction de dictées, chroniques et ouvrages de référence en orthographe entre autres,  le sieur Colignon a utilisé sa recette habituelle pour cette demi-finale. D’abord quelques pièges de sens, fondés sur l'homonymie, auxquels il a ajouté deux ou trois participes présents et passés,  des noms-composés puis un ou deux mots peu connus, sans oublier l’utilisation ou pas…de traits d’union et d’accents circonflexes, et tout cela bien sûr dans un contexte humoristique ! Apparemment, manquaient à l’appel l’emploi du subjonctif et les fameux  adjectifs de couleur…

A Rabat, des seniors  fidèles  à la dictée (certains depuis plus de dix ans !) étaient ravis de participer  à cette activité ludique et conviviale organisée sous la houlette énergique de  Mme Ichrak Mousaddak, coordinatrice des bureaux UCPE Rabat. Sa formidable  équipe de bénévoles de l’UCPE, de l’école Belbachir et du collège Saint-Exupéry,  hôtes de  la compétition, ont fait de cet évènement une véritable réussite.
 
Les  finalistes  se  retrouveront  le samedi 23 mars 2019 au lycée Lyautey de Casablanca pour une nouvelle aventure intellectuelle constituant la deuxième partie de l’épreuve. Bonne chance à tous.

S.C
 
dictee_df_2019.pdf Dictée DF-2019.pdf  (79.62 Ko)

15è édition de la dictée du Maroc 2019  : Demi-finale

Dictée du Maroc 15ème édition Demi-finales - Samedi 9 février 2019 
 
Les bleus des « bleus » 
 
Arrivés dans les stations de ski du Haut Atlas un vendredi après-midi de la mi- février, ces deux farfelus natifs du centre de la France voulaient rivaliser sur des pistes qui s’étageaient de 2 600 à 3 200 mètres. Ils auraient aimé passer pour de grands sportifs, et c’est pourquoi ils étaient venus avec des skis d’une longueur inusitée et avaient adopté des tenues très colorées, bariolées… (Fin minimes) 
 
Dès le samedi matin, pour ne pas passer inaperçus, ils s’étaient lancés dans des descentes en poussant des hourras accompagnés d’onomatopées diverses ! En réalité  peu aguerris, quasiment des débutants, des « bleus », et n’excellant donc que dans les apparences, nos lascars, quasiment peu entraînés, ne tardèrent pas à glisser vers de petits bois situés en contrebas… (Fin cadets.) Leurs skis, plus diaboliques que paraboliques, divergeant de plus en plus, et eux- mêmes zigzaguant affreusement, les deux loustics ne purent éviter les arbres des futaies. Heureusement, leur vitesse était modérée, ce qui atténua le choc. Le premier, un grand échalas dégingandé tout ébouriffé, chut contre un cèdre millénaire bonasse qui ne s’attendait pas à être ainsi attaqué ; le second, un peu grassouillet, potelé, se laissa tomber tout bêtement sur son coccyx, évitant ainsi une embrassade trop directe avec un pin maritime, qui, lui aussi, ne demandait qu’à vivre en paix. (Fin juniors.)

Par acquit de conscience, le médecin-chef de la station leur fit passer des radios et les hospitalisa pour la nuit. Le lendemain, les examens n’ayant révélé que des coquarts, des ecchymoses et des hématomes légers − des « bleus », quoi ! −, le tandem dépité et penaud rejoignit en claudiquant son hôtel. Cela, sous les regards goguenards des habitants et des autres skieurs, en particulier de ceux dont plus d’un s’était laissé subjuguer, le soir, au restaurant, par les hâbleries et la jactance de ces soi-disant  experts ès sports d’hiver qui voulaient se mettre en lumière… Maintenant, en les voyant mornes et mélancoliques, et traînant les jambes, chacun les surnomme ironiquement « les deux lents ternes »… 
 
 
© Jean-Pierre Colignon, février 2019. 
qcm2019.pdf QCM2019.pdf  (131.98 Ko)





        

Notez

Lu 837 fois




Dans le même sujet sur le Web 


loading...


Inscription à la newsletter

Recherche