Menu


Santé et Bien Etre

Arnica : Efficace contre toutes les douleurs, dont l’arthrite et l’arthrose



Par Jean-Marc Dupuis de SNI



L’arnica est, selon le Dr Jean-François Ferrieu, homéopathe, la plante qu’il faut : 

« systématiquement utiliser après un traumatisme, qu’il soit physique (chute, coup, opération, accouchement, etc.) ou psychique (coup dur dans la vie, etc.). Il traite toutes les douleurs musculaires dès qu’il y a la sensation caractéristique de contusion, de courbature ou de meurtrissure généralisée  ». 

Voilà pour l’usage de l’arnica en homéopathie, c’est-à-dire en dose infinitésimale. 

Mais l’arnica s’emploie aussi bien en phytothérapie classique, médecine par les plantes – et c’est l’option que j’ai choisie. 

La plante qu’on est sûr d’utiliser

Parmi tous les tubes, comprimés et sirops qui prennent la poussière dans les armoires à pharmacie familiales, l’arnica a cette intéressante particularité que vous êtes sûr de vous en servir régulièrement. 

Les jeunes en ont besoin quand ils reçoivent des mauvais coups en sport ou autre part ; les personnes âgées pour leurs rhumatismes et pour accélérer la convalescence en cas de chute, fracture, ecchymoses. 

Ces effets sont reconnus par la Commission E allemande (la commission créée en 1978 par le gouvernement allemand pour évaluer l’efficacité des remèdes traditionnels) et par l’ESCOP (organisme visant à harmoniser le statut réglementaire des médicaments à base de plantes au niveau européen). 

Efficace contre toutes les douleurs, dont l’arthrite et l’arthrose

Toutes les douleurs – contusions, entorses, dislocations –, musculaires ou articulaires, sont soulagées par l’arnica. 

Appliquer un gel à l’arnica deux fois par jour pendant trois semaines permet de diminuer significativement la douleur des articulations et la rigidité musculaire en cas d’arthrite des mains et des genoux. C’est aussi efficace que l’ibuprofène, mais sans les effets indésirables [2]. 

Le gel d’arnica s’est également révélé efficace pour soulager les douleurs et améliorer la mobilité des genoux [3] et des mains [4] en cas d’arthrose, là encore autant que l’ibuprofène. 

L’arnica soigne aussi les douleurs musculaires, les ecchymoses (bleus) et l’insuffisance veineuse. Ces effets bénéfiques sur la circulation expliquent certainement pourquoi elle accélère les guérisons. 

Globalement, toutes les douleurs et problèmes impliquant les articulations, les muscles, les veines bénéficieront de l’arnica. C’est le cas du syndrome du canal carpien, ces engourdissements dans les doigts et le poignet, qui touchent les personnes qui font des mouvements répétés du poignet pendant des périodes prolongées, les rétinopathies diabétiques, ces problèmes de vision liés à une mauvaise circulation sanguine dans la rétine chez les diabétiques, et toutes les douleurs qui suivent une opération chirurgicale, quand les tissus ont été traumatisés. 

Ma teinture d’arnica

J’ai dans mon armoire à pharmacie une bouteille de 100 ml de teinture à l’arnica de la marque Weleda (médecine anthroposophique). Je ne la fabrique pas moi-même, car l’arnica est si puissante qu’elle a été victime de cueillettes excessives. 

Elle est désormais couverte par la convention de Washington sur la protection des espèces (1981), et sa cueillette est interdite dans les Alpes. La matière première provient désormais de cueillettes sauvages effectuées en ex-Yougoslavie, Espagne et Italie. 

On s’en sert de la façon suivante : diluer une cuillère à soupe de teinture d’arnica à 30 % dans 250 mL d’eau. On applique ensuite ce liquide trois à quatre fois par jour sur la zone douloureuse avec une compresse. 

Dans le commerce, vous trouverez des pommades et des gels à l’arnica : cela paraît plus efficace, surtout pour les enfants. Mais cela coûte beaucoup plus cher par rapport à la quantité de produit actif. 


C’est pourquoi je préfère pour ma part utiliser la teinture. 

Fabrication de la teinture d’arnica

Une « teinture », dans le langage de la phytothérapie, s’obtient en faisant macérer une plante dans de l’alcool pur. Le liquide se charge ainsi des principes actifs de la plante. On filtre ensuite, pour ne garder que le liquide. 

Généralement, les teintures se font à l’abri de la lumière, et le temps de macération est de trois semaines. Mais dans le cas de l’arnica, on met au contraire le mélange en plein soleil, et on filtre après 24 heures seulement. 

L’arnica entretient, en effet, des affinités spéciales et un peu mystérieuses avec le soleil, que je vais tenter d’expliquer. 

Les liens mystérieux de l’arnica avec la force du soleil

L’arnica fait partie de la grande famille des plantes « astéracées ». Aster signifie « étoile » en latin et, comme chacun sait, notre principale étoile, celle qui est la plus importante pour la vie sur Terre, c’est le Soleil. 

Mais alors que les plantes astéracées peuvent avoir toutes les couleurs (la laitue et le topinambour sont des astéracées !), l’arnica a, en plus, la particularité d’être d’une chaude couleur jaune orangée très proche de celle du soleil. 

La plante porte en français son nom latin, et, bien que l’étymologie n’en soit pas certaine, celui-ci se rattache probablement au mot « harnais », qui évoque l’idée de protection. 

Cependant, en Allemagne, pays de prédilection de l’arnica, qui aime les sols marécageux et pauvres de l’ancienne Germanie, « arnica » se dit Wolfstöterin, soit « tueuse de loup ». 

On ne voit pas le rapport avec le soleil, bien sûr, jusqu’à ce qu’on se souvienne du vieux mythe germanique du loup Hati, qui poursuit inlassablement le Soleil sur son char et finira par le dévorer, ainsi que la Lune, à la fin des temps [5]. Le loup tente d’assombrir tout ce que le soleil représente en nous. Et c’est là que l’arnica, « tueuse de loup », intervient pour nous protéger et laisser briller le soleil. 

Se servir de l’arnica, ce n’est donc pas seulement utiliser une plante dont les études cliniques ont montré qu’elle était aussi efficace que des médicaments de synthèse… C’est aussi laisser la porte ouverte à la possibilité d’une action plus mystérieuse et profonde sur les douleurs et sur notre vie. 

Les suites de mon accident

L’arnica s’applique immédiatement après l’accident ou l’apparition des douleurs, à condition qu’il n’y ait pas de plaie ouverte. 

C’est ce que j’ai fait. Bien entendu, à ce moment-là, il m’était impossible de savoir ce que j’avais exactement. Mon genou s’était vrillé, j’avais très mal, je croyais avoir entendu le claquement caractéristique d’un ligament qui se déchire. 

Pourtant, je parvenais à me tenir debout sans que mon genou cède. D’autre part, mon genou n’avait pas gonflé, ce qui ne plaidait pas en faveur d’une rupture des ligaments. 

Et en effet, après quelques jours de repos et d’arnica, la douleur a diminué, j’ai pu me remettre debout. Je me suis rendu compte, cependant, que je ne parvenais pas à étendre complètement ma jambe. Ce type de blocage est caractéristique d’un ménisque abîmé. 

Le ménisque est une sorte de fer à cheval de cartilage dans lequel l’os du fémur vient se loger. Cet os ayant deux têtes, il y a deux ménisques : un interne et un externe. 

Un ménisque abîmé fait mal, et l’articulation du genou glisse moins bien. On conseille aujourd’hui de faire une « arthroscopie », une petite opération chirurgicale qui consiste à raboter le bout de ménisque qui gêne le mouvement et cause la douleur. 

Mais je vais tenter d’y aller par des moyens naturels. Je combats l’inflammation, la douleur, et alimente mon cartilage avec la formule Articulations de Cell’Innov et Artilège d’Ollisciences. J’apporte donc beaucoup de soufre à mon ménisque, en espérant qu’il se remettra ainsi. 

De jour en jour, la mobilité s’améliore, les douleurs diminuent, mais je suis encore très loin de remonter sur une paire de skis. Et, quand je disais que la saison était terminée pour moi, je crains que ma saison d’alpinisme cet été le soit aussi. 

Si c’est le cas au mois de juin, si ça ne va toujours pas mieux, j’irai peut-être discuter avec un chirurgien… Mais en attendant, mon arnica, mes compléments et de bons massages tous les soirs ! 


Jean-Marc Dupuis 

 
Source (www.santenatureinnovation.com      ) et de mentionner en bas de chacun de nos messages : 
 
« Cet article vous a plu ? Vous pouvez recevoir régulièrement les lettres de Santé Nature Innovation.    

C'est gratuit. Cliquez ici pour vous inscrire : http://www.santenatureinnovation.com/newsletter-gratuite/




Notez

Lu 220 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche