Menu


Santé et Bien Etre

Avec IA : Apprendre… autrement et développer d’autres compétences





Avec la nécessité de se former tout au long de la vie, avec la montée en puissance de l’apprentissage sur Internet, les établissements d’enseignement supérieur doivent autant apporter des connaissance qu’« apprendre à apprendre ». « Ce n’est pas facile de donner du sens à un cours de management quand on n’a jamais travaillé.

Il faut bien scénariser et mettre nos étudiants en face de formats différents », assure Valérie Claude-Gaudillat, la directrice d’Audencia Innovation qui remarque que « les étudiants ne sont pas naturellement demandeurs, ayant en tête le modèle classique de la grande école ». 

Une certaine défiance dont Hélène Michel, qui pilote les « serious games » au sein de Grenoble EM, fait également le constat : « Si on veut motiver les étudiants il ne faut pas leur dire qu’ils vont apprendre plus simplement en jouant, ce qui signifierait qu’on nie leurs compétences, mais qu’on apprend mieux ».

Dès leur formation l’IMT Atlantique s’attache ainsi à rendre ses étudiants innovants par l’élaboration de pédagogies actives. En 2ème année les étudiants du campus de Brest peuvent ainsi suivre un projet innovation » dans le cadre duquel ils vont animer un cours devant 200 étudiants. Ils ont par exemple eu à réfléchir à comment « créer des drones sous-marins qui suivent automatiquement les plongeurs ».

Sans GPS évidemment et avec la nécessité de penser à une mise en production à des prix abordables. « Nous voulons former tous nos étudiants à l’innovation avec différentes phases projet tout au long de leur cursus pour leur apprendre à travailler en « essais-erreurs successifs ». Certains élèves disent ne pas être créatifs et nous sommes là pour leur dire que ça s’apprend », assure Gwendal Simon, enseignant-chercheur dans les laboratoires rennais d’IMT Atlantique.

Une approche par la recherche itérative, faite d’avancées et de reculs qui séduit de plus en plus des entreprises en recherche constante de modèle économique novateur. La Paris School of Economics va ainsi se lancer dans l’Executive Education pour former des cadres à ses méthodes de recherche comme l’explique son directeur, Pierre-Yves Geoffard. 

« Nous constatons déjà qu’une grande partie de nos étudiants de master ne fait pas de recherche académique ensuite mais utilise largement les techniques de recherche acquises. Dans un monde où il faut savoir apprendre à apprendre des méthodes de recherche rigoureuses permettent de comprendre les phénomènes et de leur donner du sens ».


Face au phénomène le système éducatif paraît bien désemparé. « Nous ne sommes plus dans un système où on sait où on va à long terme. On doit faire bouger régulièrement la trajectoire et être flexibles avec les entreprises qui sont dans le même bateau que les écoles et les organismes de recherche.

Il faut savoir travailler par approximations successives bien loin de programmes nationaux décidés par des instances nationales », analyse Laurent Carraro, qui vient de remettre au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation son rapport sur l’avenir des formations en ingénierie.

Que faire apprendre à ses étudiants quand chacun est convaincu de l’obsolescence rapide de la plupart des notions inculquées pendant leur formation ? « Il faut développer d’autres compétences et plus seulement se remémorer, lire, écrire quand les machines le font mieux que nous.

Il faut travailler sur le sens, l’empathie, des compétences que le système éducatif ne développe pas alors que l’esprit critique est plus que jamais utile », analyse François Taddei directeur d’un Centre de Recherches Interdisciplinaires largement reconnu comme le pilier des nouvelles pédagogies en France.

« Un des impacts du numérique c’est de développer encore plus la nécessité de maîtriser des soft skills pour ne pas être cannibalisés par l’outil. Nous n’avons plus besoin de professionnels formatés comme en avait besoin l’économie avant mais de profils capables de bousculer les organisations », renchérit l’ancien directeur des Arts et Métiers, Laurent Carraro.

Mais la première de ces compétences ne devrait-elle pas être l’autonomie ? « On doit se tourner vers les classes inversées et la responsabilisation de nos étudiants qui sont de moins en moins autonomes même s’ils croient leur contraire parce qu’ils savent utiliser Wikipedia… », regrette à Fabienne Blaise, la présidente de l’université Lille 3, qui constate :

« Quand ils entrent à l’université il faut d’abord qu’ils commencent par apprendre à se servir de leur savoir ». Une inadaptation de l’enseignement secondaire aux besoins de l’enseignement supérieur que déplore également le président de l’APHEC (Association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales), Alain Joyeux : « Les classes préparatoires se situent à la fin d’un système éducatif qui est très largement pyramidal.

Au sein d’un contrat social, à mon sens dépassé, où le professeur est le seul détenteur d’un savoir, qui a un programme à boucler et est évalué sur sa capacité à boucler son programme au prix parfois d’un sérieux bourrage de crâne. Il y aurait une révolution à faire mais de tout notre système scolaire, bien en amont des CPGE ».

Source : http://orientation.blog.lemonde.fr/2017/11/21/comment-se-former-a-lere-numerique/




Notez

Lu 61 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche