CouWAC à Tunis !




CouWAC à Tunis !

C’est bien connu, Maroc et Tunisie sont khout, mais pas en foot… et cela vient d’être confirmé avec éclat lors de cette aussi laborieuse qu’hideuse finale de la Ligue des Champions en Afrique. Oh, on ne basculera pas en guerre totale comme le Honduras et le Salvador en 1969, l’Algérie étant opportunément là pour faire tampon, mais l’affrontement sur les réseaux et les instances est tout aussi violent.

D’abord, et avant tout, à (et dans) ce stade, ce n’est plus un club qui joue, mais une nation car chacune des deux équipes représente son pays. L’une et l’autre sont en droit de défendre leurs intérêts qu’elles estiment bafoués, et les fans sont dans leur rôle en soutenant leur équipe de foot. Il appartiendra aux instances de football ou de justice du sport, de faire le tri entre les arguments des uns et les boniments des autres… et s’il est naturel que chacun fasse feu de tout bois, il faut savoir raison garder car le Maroc n’a aucun intérêt à se faire un adversaire de plus au sein du monde arabe... même si, il faut le dire, les Tunisiens ont failli dans l'organisation.

Or, dans cette histoire, le CAFouillage est la règle. En effet, et sans prendre parti, évoquer la sécurité comme argument, dans un pays qui peine précisément avec sa sécurité et qui œuvre à ramener les touristes chez lui, n’était pas la meilleure idée… et qu’Ahmad² invoque la sécurité alors qu’il a confié la CAN à l’Egypte et ses deux attentats par semaine, c’est du grand guignol ! Il n’y a pas que le foot dans la vie, il y aussi la croissance, la prospérité et l’amitié… Ensuite, réclamer la restitution des médailles et du trophée est peu subtil, créant une humiliation inutile ; cela va de soi de rendre les breloques, le préciser est futile.

Pire… Où sont les valeurs du foot, entre autres le respect, l’exemple et l’esprit sportif ? Avec sa jurisprudence qui manque de prudence, de consistance, de conscience, la CAF ouvre un bouleVAR à toutes les contestations et sert un piètre exemple de respect et d’esprit sportif aux jeunes générations mordues de foot…

Mais réjouissons-nous, quand même, de cette capacité de mobilisation nationale et internationale du Maroc et de son public… du moins en Afrique où le Maroc est un Grand, car au Mondial russe, le Maroc eut beau grimper aux pylônes, rien n’y fit. Selon que vous serez puissant ou misérable, la justice de foot vous fera blanc ou noir. Pour le moment, l’ambiance est grise et le public bientôt dégrisé.

Que Marocains et Tunisiens ouvrent leur boîte à gifles mutuelles est très précisément ce dont le Maghreb n’a pas besoin, surtout en ce moment. Un public devenu fou, fou, fou, pour ce qui au final n'est qu'un match de foot. Oui, banal, même si l’enjeu est un titre continental. En 1982, suite au fameux France-Allemagne et à la charge émotionnelle qu’il avait créée, François Mitterrand et Helmut Schmidt avaient publié un communiqué d’apaisement, qui avait calmé les ardeurs belliqueuses entre deux peupels condamnés à s’entendre, et qui se sont entendus. Et chez nous ?

Aziz Boucetta




Notez


Lu 84 fois