DEMAIN, PRIORITÉ À LA SÉCURITÉ




   Dans un avenir proche, les États vont avoir à faire face à un déficit, en pensée stratégique. Ils vont se trouver confrontés à des difficultés objectives, voir une impossibilité à être informés en temps réel, prévoir et anticiper.
 

Qu’ils soient développés, émergents ou en voie de développement, les pays devront s’adapter et conduire les changements que le monde va connaître à l’horizon 2030.
 

Des aléas, des incertitudes et des risques majeurs pointent à l’horizon. Ce sont des défis nouveaux à relever à tous les niveaux de la gestion des économies et des sociétés.
 

Les États auront à faire face à des guerres de forme nouvelle, sur des nouveaux champs de bataille. Cette nouvelle génération de guerre concerne : l’information, l’image, le numérique, les ressources naturelles, la génétique végétale et animale, l’espace et les valeurs. Le monde aura à faire face à une nouvelle génération d’armes atomiques, tactiques et intelligentes.
 

  Les États vont exprimer leur agressivité au travers de l’intelligence artificielle qu’on a d’or et déjà détournée de l’usage pacifique vers la priorité militaire. La robotisation accouche aujourd’hui, de robots soldats qui ont l’avantage de ne pas saigner (Pentagone). Quelques grandes puissances, qui auront maitrisé les nouvelles formes du renseignement, vont accroitre leur influence dans le monde et exercer leur hégémonie.  Ils auront à leur service des acteurs insolites comme les ‘ pirates ‘, des mercenaires affublés d’un masque ‘djihadiste’ ou ‘terroriste’. Se multiplieront les rançonneurs informatiques et une nouvelle génération d’espions portés par des moyens technologiques digitalisés et sophistiqués.
 

Malheureusement, ce contexte profitera également aux ‘vrais’ terroristes et aux radicalismes de toute sorte.
 

Certaines puissances économiques, financières, voir certains États seront tentés d’utiliser ces derniers, les instrumentaliser, en fonction de leurs objectifs géopolitiques, économiques ou tout simplement idéologiques.
 

La sécurité des citoyens est le premier devoir qui s’impose aux gouvernants, car elle est la condition première de la liberté. Aussi, les États doivent anticiper les différentes facettes de cet avenir, et lutter contre les agressions dont le corps social peut être l’objet. Ces agressions peuvent prendre plusieurs formes, allant de l’infiltration, la subversion violente jusqu’à l’affrontement guerrier.
 

Safran, le groupe international de haute technologie, déclare que l’enjeu est de mettre au point, dès aujourd’hui, les équipements de demain. Les forces armées devront s’adapter dans les domaines de l’optronique, l’avionique, de la navigation inertielle, de l’électronique et des logiciels critiques.
 

Même la guerre des étoiles n’est plus de la science fiction.  Donald Trump vient de poser les premiers jalons de la guerre dans l’espace. Par sa volonté de doter l’Amérique d’une armée de l’espace, il vient de faire voler en éclat un consensus selon lequel l’Espace est le problème de tous et l’objet d’une coopération internationale.
 

Quel monde allons nous laisser à la génération montante ?

Source : http://www.gabrielbanon.com/



Notez


Lu 68 fois