Dictée du Maroc : Finale de la 15ème édition

Semaine de la Francophonie




 
Semaine de la Francophonie : finale de la 15ème édition de la dictée du Maroc au lycée
Lyautey, Casablanca
 
Trois cent cinquante adeptes du sans-faute provenant de plusieurs régions du Maroc (Tanger, Oujda, Taourirt, Ifrane, Fès, Meknès , Rabat, Marrakech, Mohammedia et Casablanca) et ayant passé le cap de la demi-finale, se sont donné rendez-vous à cet évènement, organisé avec brio,comme à l’accoutumée, par l’Union des Conseils de Parents d’Elèves (UCPE), en partenariat avec l’Ambassade de France et le Ministère de l’Education Nationale.
 
Pour l’occasion, Jean-Pierre Colignon, spécialiste de la langue française, ancien correcteur en chef du journal « Le Monde » et co-animateur des « dicos d’or » avec Bernard Pivot, a concocté une dictée ludique et originale, semée d’embûches.
 
Pour cela, il a utilisé sa recette habituelle, à savoir, des noms composés avec un ou plusieurs traits d’union (« Touche-à tout », « sur-le-champ »), des accords de noms et de verbes dont un verbe pronominal particulièrement insidieux (« se sont proposé ») , un adjectif de couleur simple (« beige »), des jeux de mots (« geai ricane »), et des accents, surtout le circonflexe (« crû »). Cette fois-ci : pas de piège d’homonymie dans le titre ni d’emploi de subjonctif dans ce texte racontant l’histoire de propriétaires voulant rénover leur maison à Casablanca en se faisant aider par des membres leur famille, bricoleurs inexpérimentés.
 
La dictée, adaptée à tous les publics, était répartie selon quatre tranches d’âge : minimes, cadets, juniors et seniors et accompagnée d’un QCM permettant de départager les ex-aequo.
 
Les habitués ont trouvé cette dictée de difficulté moyenne mais ils ont quand même dû faire preuve de réflexion et logique pour éviter certains pièges saupoudrés ici et là comme celui de la « cloison de briques posées de chant ».
 
En tout cas, grâce à M. Colignon, la dictée ne rappelle plus de mauvais souvenirs et est plutôt l’occasion de passer un bon moment tout en participant à un exercice permettant de raviver les connaissances en grammaire, orthographe et conjugaison.
 
Donc organisateurs, participants, dicteurs, correcteurs, partenaires, sponsors, et bénévoles,
soyez ici remerciés chaleureusement et à l’année prochaine…
 
S.C
...................................................................................................................................................................................................

                         15e Championnat du Maroc d’orthographe et de langue française
                                 
                                      Dictée de la finale - Samedi 23 mars 2019, Casablanca

                                              Des bricoleurs aussi gauches que maladroits
 
Nadira et Karim ont pu acheter, grâce à leurs grands-parents, une maison mi-traditionnelle mi-moderne dans la banlieue de Casablanca. La villa indépendante qu’ils ont choisie a des murs beiges, n’a pas le moindre étage, mais possède un assez vaste jardin très fleuri comportant plusieurs arbrisseaux. Elle a longtemps appartenu à une famille de fabricants d’objets de vannerie. (Fin poussins.)

Les derniers membres de ladite famille d’artisans étant morts sans laisser ne serait-ce qu’un héritier, cette maison de plain-pied a été laissée à l’abandon pendant quelque quinze ans… Nombre d’herbes folles, de plantes et de fleurs ont donc crû avec exubérance, pour le plus grand bonheur de joyeux moineaux qui pépient, de merles aux trilles matinaux aigus, tandis que, dit-on malicieusement, le geai ricane. (Fin cadets.)

Bien évidemment, la peinture à l’eau terre de Sienne brûlée incorporée à la chaux pour les plinthes et les lambris a perdu de sa fraîcheur, et les moellons des murs sont descellés ou disjoints çà et là. Nadira et Karim, dussent-ils le regretter, ont donc fait appel à toute leur parentèle, dont certains membres soi-disant talentueux bricoleurs, se sont sur-le-champ proposé de les aider ! L’imagination de certains frères, beaux-frères et cousines est tellement fertile et baroque qu’on pourrait dire qu’un nouvel art en sort ! On en jugera par les exemples qui suivent… (Fin juniors.)

Touche-à-tout portant avec une élégance surannée un monocle, Sélim n’a qu’une pratique superficielle de la maçonnerie, et la cloison de briques posées de chant qu’il a entreprise pour créer deux chambres à partir d’une grande salle est aussi droite que la colonne vertébrale d’un nonagénaire atteint de scoliose ! Son verre solitaire n’a peut-être pas l’efficacité d’une paire de lunettes… Quant à Nadjet, sa conception toute personnelle de l’application d’un crépi décoratif intérieur avec les truelles carrées et les langues-de-boeuf a déconcerté plus d’un voisin venu s’enquérir de l’avancée des travaux… N’est pas bricoleur en général, ni stucateur en particulier, qui veut ! (Fin seniors.)


© Jean-Pierre Colignon, mars 2019.

Site dédié à la langue française, à la culture et à l’humour : jeanpierrecolignon.wordpress.com

Dictée du Maroc : Finale de la 15ème édition





        

Notez

Lu 284 fois




Dans le même sujet sur le Web 


loading...