Exposition « Chantier II », Comptoir des Mines de Marrakech, jusqu’au 10 janvier 2018.


Avec cette exposition hors norme, le Comptoir des Mines se présente comme un lieu devenu incontournable de l’art contemporain au Maroc. Son gérant, grand amateur d’art et fondateur de la CMOOA (Compagnie Marocaine des Œuvres et Objets d’Art), ambitionne de faire émerger de nouveaux talents et de présenter leurs travaux dans les plus grandes manifestations internationales d’art contemporain.



Mustapha Akrim avait posé les premières pierres d’un musée de l’ouvrier lors de l’exposition « Volumes fugitifs » organisée au musée Mohammed VI de Rabat, en 2016. On retrouve dans les différentes salles d’exposition de la Galerie, dans l’immeuble jouxtant le hangar, placés sous des vitrines qui rappellent la présentation muséale des institutions archéologiques, des outils emblématiques du monde ouvrier tels que des pioches, pieds de biche ou casques de chantier coulés dans le béton, mais aussi des objets plus intimes : radiocassette, table d’ouvrier ou autres vêtements. Auteur de la somptueuse plaquette de l’exposition,

Alexandre Colliex analyse les échos entretenus par le travail de l’artiste avec l’histoire des arts : « Le béton pétrifie. Il confère à la bouilloire le prestige d’une poterie pompéienne. Et le titre de musée donné à l’installation dit assez la volonté d’anoblir ces fragments, de les répertorier.»




        

Notez

Lu 51 fois




Dans le même sujet sur le Web 


loading...


Inscription à la newsletter

Recherche