Santé et Bien Etre

FERTILITÉ: FAITES DES ENFANTS QUAND VOUS LE POUVEZ ET NON QUAND VOUS LE VOULEZ!



Avec le recul de l’âge du mariage, l’ambition d’une carrière professionnelle intéressante, ou encore l’absence de l’âme sœur, beaucoup de femmes retardent l’âge de leur première grossesse. Elles sont aussi faussement rassurées par les nouvelles techniques de procréation médicalement assistées (PMA), et qui sont exagérées par les médias. Il ne faut toujours y croire



FERTILITÉ: FAITES DES ENFANTS QUAND VOUS LE POUVEZ ET NON QUAND VOUS LE VOULEZ!
Ces cas surmédiatisés, notamment ceux des stars qui arrivent à avoir des jumeaux ou un bébé même après la ménopause, sont majoritairement issus de dons d’ovocytes interdits par notre religion, mais qui donnent le sentiment que l’on peut avoir un enfant à tout âge. Cependant, la réalité est tout autre. Plus de 50% des grossesses tombent spontanément du fait d’erreurs génétiques avant même le retard de règles. 10% des grossesses connues se terminent par une fausse couche. Savez vous que le les chances de grossesse sont au maximum de 25% par cycle vers 20 ans et que ce taux diminue à partir de 36-37 ans (15%) pour devenir exceptionnel après 43 ans. Et inversement, le taux de fausse couche augmente avec l’âge qui est un facteur primordial tant sur le nombre d’ovules que sur leur qualité. Nos conseils: Il faut donc penser à ne pas trop retarder ses grossesses, car parfois quand on la cherche, on n’y arrive pas et on ne se dirige vers un spécialiste de l’infertilité que trop tardivement. Dans certains cas de cancer (du sein par exemple), où l’on est obligé de donner des chimiothérapies ou des rayons délétères pour les ovaires, il faut penser à préserver le capital ovocytaire pour après la guérison. La congélation d’embryons est une excellente technique à proposer aux femmes mariées. Obtenue après un cycle de stimulation pour fécondation in vitro, elle est sans grand danger pour le traitement du cancer. Pour les jeunes filles pré pubères, on ne peut proposer que des conservations de fragments d’ovaires mais avec la peur de réintroduire des cellules cancéreuses ultérieurement. Le problème le plus fréquent se pose pour celles de 35 ans et plus, n’ayant toujours pas trouvé le compagnon idéal et qui risquent par la suite de tomber en insuffisance ovarienne. Ces femmes peuvent penser à une conservation d’ovocytes non fécondés, qui donne aussi d’assez bons résultats, à condition de faire cette conservation sociétale de ses propres gamètes avant 35 ans, gage de qualité pour la suite.





Notez


Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info

AILLEURS SUR LE WEB : Contenu sponsorisé




loading...


Booking.com