L’ARNAQUE DU SIÈCLE




L’ARNAQUE DU SIÈCLE

Jared Kushner, le gendre le plus puissant du monde, conseiller de son beau-père pour le Moyen Orient, content dans son costume de jeune premier, a fait son show tant attendu à Manama pour vendre aux Arabes le « deal du siècle » qui mériterait plutôt le titre du chef d’œuvre de George Roy Hill, avec Paul Newman et Robert Redford à la kyrielle d’Oscars (1974) de meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original, meilleur création de costumes etc. Mais de ce film, le marché de Kushner ne mérite que le titre : L’Arnaque. C’est dire que son deal ne séduira pas grand monde, même si tremblant ils font semblant, et certainement pas le Maroc et la Jordanie qui ont déjà affiché leur position, les frontières de 1967 et Al Qods Est pour capitale, rien que les frontières de 1967 et Al Qods Est pour capitale. 

Avec le talent d’un acteur de navet et la délicatesse d’un bulldozer, Jared Kushner a tout de même tenté l’empathie charitable à l’égard des Palestiniens en évoquant leur droit à la « prospérité et à la dignité ». Très généreux de sa part évidemment, d’autant plus que ce n’est pas lui qui paye. Mais il aurait été plus convaincant s’il avait proclamé leur droit tout court à un État et à l ‘indépendance. La dignité suivra. Quant à la prospérité c’est leur problème.




Notez


Lu 76 fois