La classe politique marocaine commence-t-elle à présenter des signes de faiblesse ?




Le contexte actuel pourrait le confirmer. Les partis politiques, dans la majorité, sont absents du débat publique, la prise de parole des hommes politiques s'amoindrit, laissant le champ libre à la propagande et au vide. C'est en tout cas la lecture de l'analyste politique et journaliste,

Abdellah Tourabi qui nous livre son analyse de la chute de la popularité des partis politiques et ses pronostics pour les prochaines échéances électorales.


Notez


Lu 20 fois