La conjoncture eco et financière de la semaine






Maroc : où en sont les premières banques participatives ?

Le royaume a été l’un des derniers pays musulmans à être conquis par la branche « halal » de la finance. En novembre 2014, les députés adoptaient la loi autorisant la création de banques islamiques (les Marocains ont préféré le terme de « participatives ») et l’émission par les entreprises privées d’obligations conformes à la charia. En janvier 2017, Bank Al-Maghrib (BAM) accordait son agrément à cinq établissements. Après un démarrage en demi-teinte au cours du second semestre de 2017, ces derniers voient leurs activités décoller.
 


L'Observateur du Maroc & d'Afrique Les cours du pétrole affichent leur pire dégringolade depuis 10 ans - L'Observateur du Maroc & d'Afrique - L'observateur

Les cours du pétrole ont reculé vendredi 30 novembre 2018, pour la dernière séance d'un mois chaotique, les cours ayant affiché en novembre 2018 leur pire dégringolade depuis dix ans, à une semaine d'une réunion de l'Opep qui tentera d'enrayer la surabondance de brut dans le monde. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, a fini à 58,71 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 80 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Les recettes fiscales augmentent plus vite que le PIB

Les recettes fiscales perçues dans les économies avancées ont continué d’augmenter. D’après les derniers travaux de l’OCDE «Statistiques des recettes publiques 1965-2017» publiés le 5 décembre 2018, les impôts sur les sociétés et sur la consommation représentent une part croissante des recettes fiscales totales.

Bourse : La prime de risque sur les actions reste inchangée

L'équipe de recherche indique que selon le sondage « l'exigence de rentabilité minimale des investisseurs en Bourse pour un placement long terme se situe en moyenne à 9,1% par an. A noter que la cellule de recherche, calcule la prime de risque sur les actions en 3 différentes méthodes : Approche historique, approche prospective et la méthode par sondage.Toutefois, AGR retient celle par sondage estimant qu'elle reflète au mieux les attentes des investisseurs actifs sur le marché et demeure par conséquent, la plus pertinente en comparaison aux autres approches.

Marchés financiers africains : Plaidoyer pour des interconnexions réelles

«L'Afrique est en mouvement, à tous les niveaux, et dans tous les domaines. Elle regorge de richesses naturelles et de potentialités humaines (…). En ce sens, le Maroc croit à un co-développement fondé sur la coopération intra africaine et la complémentarité économique, sur la solidarité active et la mutualisation des moyens et des efforts. Il s'agit là, somme toute, des conditions inhérentes à toute croissance inclusive, au développement humain et durable de notre continent. A terme, l'objectif est d'ériger notre continent en force dynamique et en acteur majeur sur la scène internationale, au bénéfice de nos populations».

«Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont doublé en 6 ans»

CaixaBank a une vision claire au Maroc : être la banque de référence des entreprises espagnoles désireuses d’investir et de faire du commerce extérieur dans le pays. Pour ce faire, nous fournissons à nos entreprises clientes les meilleurs produits et services adaptés à leurs besoins, ainsi que des conseils sur la manière de développer ces entreprises dans le pays, en nous appuyant sur les connaissances acquises au cours de nos 10 années de présence.

Les prises de la pêche côtière et artisanale en baisse selon l’ONP

La valeur marchande des produits de la pêche côtière et artisanale débarqués au titre des dix premiers mois de 2018 s’est élevée à plus de 6,4 milliards de dirhams (MMDH), en hausse de 11% comparativement à fin octobre 2017, précise l’ONP dans une note relative aux statistiques sur la pêche côtière et artisanale au Maroc d’octobre 2018.

94 milliards de dirhams de déficit commercial à fin octobre 2018

L’accroissement des importations de 8,8% à environ 428,5 MMDH à fin octobre 2018 est attribuable à l’augmentation des acquisitions de la totalité des groupes de produits, notamment des produits énergétiques (+19,9%, à 67,8 MMDH), des achats de biens d’équipement (+9,6%, à 96,6 MMDH), et de produits bruts (20,5% à 20,3 MMDH), relève l’Office.

Qui l'eut crû ?

Le Maroc reste le premier fournisseur de l'Espagne en fruits et légumes, avec un chiffre d'affaires estimé à € 507 millions d’euros. Cela représente 15 % du total des importations espagnoles, selon les données publiées par la Fédération espagnole des exportateurs de fruits et légumes (Fexpex) et repris sur Fresh Plaza. Depuis cinq ans, les exportations marocaines en produits frais ont augmenté de 174 % avec une progression en volume de 109%, soit 153 530 tonnes de produits.

La valse des prix des bruts

Sans surprise, le West Texas Intermediate et le Brent, les deux grandes références de prix du brut, ont entamé depuis fin septembre une valse dont les mondes économiques et politiques observent avec attention les différents mouvements. Leurs prix ont bondi d’environ 15% entre le 27 septembre et le 10 octobre, atteignant alors plus de 50 USD/bbl, avant de replonger ensuite sur le mois suivant pour toucher leur plus bas niveau depuis deux mois. Dernier développement en date : un nouveau rebond depuis le 14 novembre faisant repasser le Brent et le WTI au-dessus du seuil des 45USD/bbl.

La croissance des salaires à son plus bas niveau mondial depuis 10 ans

«En analysant la croissance salariale, le rapport observe que dans les pays avancés du G20, la croissance des salaires réels a diminué de 0,9 % en 2016 à 0,4 % en 2017. A l’inverse, dans les pays émergents et en développement du G20, la croissance des salaires réels a fluctué entre 4,9 % en 2016 et 4,3 % en 2017 », souligne l’OIT dans ce document intitulé «Rapport mondial sur les salaires 2018/19 ». Citant Rosalia Vazquez-Alvarez, économétricienne et spécialiste des salaires à l’OIT et l’une des auteurs du rapport, la même source relève que «dans de nombreux pays, les femmes sont plus éduquées que les hommes mais touchent des salaires inférieurs, même lorsqu’elles travaillent dans les mêmes catégories professionnelles».

Les exportations des produits artisanaux maintiennent leur tendance haussière

Les exportations des produits d’artisanat ont maintenu leur tendance haussière au cours des dix premiers mois de l’année 2018, selon les chiffres publiés par le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale. D’après ces données rendues publiques récemment, les exportations des produits d’artisanat ont réalisé au cours des dix premiers mois de 2018 une croissance de 18.4 % par rapport à la même période de 2017. Ce qui correspond à un total de plus de 665 millions de dirhams. Soulignons qu’au cours de cette période, «les recettes d’exportation de la majorité des produits d’artisanat se sont accrues avec des taux de croissance différents, par rapport à la même période de 2017 », a relevé ce département dans un communiqué soulignant que les couvertures viennent en tête des produits ayant connu une forte demande à l’étranger.

Résultats trimestriels des banques

Au terme du troisième trimestre 2018, le groupe BCP affiche un produit net bancaire de 12,2 mds de dirhams, en hausse de 3,3%. La banque profite d'une amélioration de la marge d'intérêt et de la marge sur commissions mais voit les revenus des activités de marché se contracter. Le résultat d'exploitation consolidé atteint 3,77 Mds de dirhams, en hausse de 11,5%, profitant de l'amélioration du coût du risque qui s'établit à 2 Mds de dirhams, contre 2,52 Mds auparavant.

Coopération Algérie - Arabie Saoudite : Augmentation prévisible des flux d'investissement

Le président des Chambres saoudiennes, Sami Al Abidi, a fait état, lundi dernier à Alger, d'une augmentation prévisible des flux d'investissements saoudiens vers l'Algérie lors des prochaines années, précisant que le secteur de l'industrie devrait récolter la plus grande part. «Nous nous attendons à de grands flux d'investissements saoudiens vers l'Algérie et le secteur de l'Industrie devrait en récolter la part du lion, de même que nous prévoyons des investissements prometteurs dans les secteurs de l'Agriculture et du Tourisme», a déclaré M. Al Abidi lors des travaux du Conseil d'affaires algéro-saoudien. Les opérateurs algériens et saoudiens ont examiné les opportunités d'investissement et de partenariat.

Sidérurgie : comment sortir du marasme

Car l'énergie, c'est le deuxième poste de charge chez les industriels, après l'approvisionnement, et lorsque l'on regarde le processus de transformation de plus près, l'énergie peut représenter jusqu'à 50% des charges.Selon des responsables du groupe, le design et la conception même du parc industriel peuvent réduire de 15% les charges de transformation. Ceci sans même avoir à s'équiper en renouvelable, susceptible de réduire les coûts de transformation de 5 à 10%.

PLF 2019 : 31 amendements adoptés

Dans un document publié lundi, le ministère affirme que 49,20% des amendements ont été approuvés, précisant que 219 amendements ont été présentés, dont 156 ont été retirés. Après avoir noté que l'examen et le vote des amendements a duré plus de 12 heures, la même source a affirmé que 70% des amendements soumis pour examen ont été retirés, alors que le PLF 2019 a été renforcé par des dispositions à caractère social et économique.

Les IDE progressent de 41,9% à fin octobre 2018

Les flux des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc se sont établis à 30,35 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2018, en progression de 41,9% par rapport à la même période un an auparavant, annonce l'Office des changes. Ce résultat s'explique par la hausse des recettes (+11,79 MMDH), plus importante que celle des dépenses (+9,43 MMDH), explique l'Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs d'octobre 2018.

Pays à revenu intermédiaire et ODD : Ce qu’en dit Benchaâboun

Mohamed Benchaâboun, ministre de l'Economie et des Finances, a pris part, le mardi 4 décembre 2018 à New York, aux travaux de la réunion de haut niveau sur les Pays à revenu intermédiaire (PRI), organisée par l'Assemblée générale des Nations unies sur les besoins et les défis de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 des Objectifs de développement durable (ODD). A l'occasion de cette réunion, présidée par Maria Fernanda Espinosa, présidente actuelle de l'Assemblée générale des Nations unies, Benchaâboun a participé à un panel interactif sur les succès et les défis de mise en œuvre des ODD dans les PRI.

Aggravation du déficit commercial de 12,2% à fin octobre

Le déficit commercial s'est aggravé de 12,2% à près de 94 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2018, contre 83,7 MMDH durant la même période un an auparavant, selon l'Office des changes. Cette aggravation s'explique par une augmentation des importations de 34,7 MMDH, plus importante que celle des exportations (+24,5 MMDH), fait savoir l'Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois d'octobre 2018, ajoutant que le taux de couverture s'est établi à 78,1% entre janvier et octobre 2018 au lieu de 78,7% un an auparavant.

Une campagne agricole prometteuse à Essaouira

La campagne agricole au titre de l’année 2018-2019 au niveau de la province d’Essaouira, se déroule dans de bonnes conditions et une panoplie de mesures ont été adoptée dans ce sens, a souligné Ahmed Najid, directeur provincial de l’Agriculture (DPA). Ces mesures portent essentiellement sur l’approvisionnement des agriculteurs en intrants et autres facteurs de production et leur sensibilisation directe pour l’utilisation des facteurs de production et le semis précoce, tout en profitant des importantes chutes de pluies encourageantes pour les travaux des sols. Un effort important est déployé concernant la lutte contre la cochenille de cactus, a t-il ajouté.

Farine subventionnée: 1,133 million de quintaux de blé tendre à fournir aux minoteries

Important marché pour les commerçants des céréales. Une opération d’approvisionnement des minoteries industrielles en blé tendre de production nationale destiné à la fabrication des farines subventionnées est initiée par l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (Onicl). Celui-ci a, en effet, lancé un appel d’offres pour fournir à ces établissements industriels plus de 1,133 million de quintaux. Les offres seront examinées le 13 de ce mois de décembre, date de l’ouverture des plis.

Le Matin - "Espoir Maroc" poursuit ses efforts en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap

L'Association Espoir Maroc a donné aujourd'hui le coup d'envoi de son évènement phare, le Forum Handicap Maroc dans sa 5e édition.Face à ce constat, l'Association Espoir Maroc a donné naissance au Forum Handicap Maroc, souhaitant ainsi apporter un soutien aux personnes à besoins spécifiques qui, comme a tenu à le souligner Karim Kaitouni, ne cherchent finalement qu'à «recouvrer leur dignité à travers l'intégration du milieu professionnel», un droit constitutionnel confirmé par la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par le Maroc.Si ce 5e Forum d'emploi Handicap Maroc a pu attirer, d'un côté, nombre de candidats et de recruteurs, il a été marqué, d'un autre côté, par l'absence de représentants des différents départements gouvernementaux concernés par la question, contrairement aux éditions précédentes.

Conjoncture : Le déficit commercial structurel atténue l’optimisme de la DEPF

Le ministère de l’Économie et des Finances vient de publier sa Note de conjoncture du mois de Novembre 2018, réalisée par la DEPF. Avec des conclusions quasi-similaires à toutes les études économiques récurrentes, ces notes permettent de suivre mois par mois les agrégats macro- économiques dont la santé financière de l’État certes, mais aussi et surtout aller plus dans le comportement sectoriel de l’économie.

Office des Changes : Bond en avant des IDE au mois d’octobre

Les flux des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc se sont établis à 30,35 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2018, en progression de 41,9% par rapport à la même période un an auparavant, annonce l’Office des changes. Ce résultat s’explique par la hausse des recettes (+11,79 MMDH), plus importante que celle des dépenses (+9,43 MMDH), explique l’Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs d’octobre 2018.

Maroc-Belgique: Le commerce extérieur à la traîne

Le Maroc et la Belgique veulent booster leurs échanges économiques qui restent encore timides. C’était l’un des principaux objectifs de la récente mission économique belge du 25 au 30 novembre dernier. Le potentiel est fort prometteur mais cela reste un vrai défi pour les opérateurs des deux pays. Selon l’Agence pour le Commerce extérieur, 1.496 entreprises belges exportent vers le Maroc. Par ailleurs, 2.302 autres sociétés ont manifesté leur intérêt pour ce marché, sur un total de 24.830 sociétés.

Pêche: 96% des captures au Maroc sont couvertes par des mesures de gestion durable

L’engagement du Maroc en faveur du développement durable se manifeste également à travers l’adoption de la loi du littoral en juin 2015 et la stratégie nationale de développement durable (SNDD 2015-2020) qui affirme l’engagement national en faveur de la préservation des ressources environnementales, a-t-il fait savoir lors de la conférence ministérielle sur « l’initiative pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale WestMed ».

La mobilité verte : Une alternative incontournable pour le Maroc !

Dans un monde où le taux de pollution ne fait qu’augmenter avec 26% des gaz à effet de serre, ce qui induit un poids important dans la balance du réchauffement de la planète, et donc mettre en place une option préventive s’impose. D’où l’utilité «de la mobilité verte», qui se présente comme une politique d’aménagement et de gestion du territoire qui favorise une mobilité pratique, peu polluante et respectueuse de l’environnement. Elle s’applique à l’urbanisme, aux infrastructures et à l’organisation du réseau de transport. Ainsi, la question de la mobilité verte est devenue une priorité vu qu’elle se présente comme une alternative meilleure de sauvegarde du climat et de résolution des problèmes liés à la pollution.

[Exclusif] Pétroliers : «Il n’y aura aucune négociation sur le plafonnement des marges » 

Parmi les points évoqués lors de la réunion tenue avec Lahcen Daoudi, nous pouvons citer l’évolution des prix à l’international ainsi que le mode de calcul des prix à la pompe. La discussion a également porté sur la baisse des prix à l’international enregistrée depuis un mois et qui s’est traduite par deux baisses et une 3ème entre 50 et 60 cts/L (selon les structures) qui est en cours de mise en œuvre par les opérateurs. Elle sera opérationnelle à partir du 1er décembre 2018. 3 baisses en 1 mois dont le cumul totalisera près de 1 DH.

Maroc: Légère hausse des prix à la production du secteur des industries manufacturières

L’indice des prix à la production du secteur des « Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» renoue avec la hausse, après la baisse enregistrée au cours du mois de septembre dernier. Selon des chiffres publiés récemment par le Haut-commissariat au plan (HCP), l’indice des prix à la production du secteur des « Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» a enregistré une hausse de 0,1% au cours du mois d’octobre 2018 par rapport au mois de septembre.

Sidérurgie: Les EnR, nouveau relais de croissance

L’énergie est au cœur de la compétitivité des industries. Les sidérurgistes l’ont compris. Les opérateurs veulent faire appel davantage aux énergies renouvelables pour réaliser des économies tangibles. Ils sont réconfortés dans ce choix par les coûts réduits du renouvelable (PV et éolien). Les prix ont atteint des niveaux très bas au cours des dernières années dans les grands projets au Maroc.

Prospérité : la Tunisie classée 7e en Afrique et 102e mondiale

Dans le classement de prospérité 2018 élaboré par le Think Tank britannique Legatum Institute, la Tunisie a perdu huuit positions. Elle est classée 7e à l’échelle africaine et 102e mondiale sur un total de 149 pays. A l’échelle nord-africaine, la Tunisie devance le Maroc (103e), l’Algérie (116e), l’Egypte (122e) et la Libye (133e).

Logements sociaux : les promoteurs accélèrent la cadence

L’activité des promoteurs immobiliers opérant dans les logements sociaux reste sur sa tendance haussière, du moins du côté de la production. Un notaire, preuve à l’appui, explique que nombre de ses clients ont sur les bras des unités de logement économique et social, non encore vendues, depuis au moins 2 ans, et ce, à Casablanca et environs notamment.Plus de 80% de cette production sont destinés aux unités économiques et sociales.

Olives : une production nationale estimée à près de 2 millions de tonnes

L’oléiculture qui occupe une superficie de plus de 1,07 million d’hectares, a connu une augmentation de la production au titre de la campagne agricole 2018-2019, estimée à près de 2 millions de tonnes, soit une hausse de 28 % par rapport à la campagne précédente, a souligné samedi, à El Attaouia (province de Kelaa des Sraghna), le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, M. Aziz Akhannouch.

L’indice des prix à la production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole en octobre 2018 progresse de 0,1% par rapport au mois précédent. Celui des autres industries est en deçà de ce niveau

L’indice des prix à la production du secteur des « Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» a enregistré une hausse de 0,1% au cours du mois d’octobre 201 8par rapport au mois de septembre 2018. Par ailleurs, les indices des prix à la production des secteurs des «Industries extractives», de la «Production et distribution d’électricité» et de la «Production et distribution d’eau» ont connu une stagnation au cours du mois d’octobre 2018.

Mass Céréales Al Maghreb présente ses investissements la mission économique belge

Mass Céréales Al Maghreb, filiale du Groupe Holmarcom, a reçu le mercredi 28 novembre dans la matinée une visite officielle de la mission économique belge présidée par la Princesse Astrid de Belgique, annonce un communiqué de l'entreprise. La visite s’inscrit dans le cadre de la coopération économique entre le leader marocain de la manutention portuaire des céréales, Mass Céréales Al Maghreb, et la société belge VIGAN Engineering, spécialisée dans la conception et la fabrication des équipements industriels et logistiques.

L’intérêt porté par SM le Roi aux énergies renouvelables illustre la prise de conscience de leur rôle dans la dynamique de développement enclenchée au Maroc (Acteur associatif)

L’intérêt porté par SM le Roi aux énergies renouvelables illustre la prise de conscience de leur rôle dans la dynamique de développement enclenchée au Maroc (Acteur associatif)Dans la foulée, il s’est félicité de la démarche pragmatique du Maroc pour développer une expertise nationale et africaine dans le domaine énergétique. Et de poursuivre que la GES est la première du genre au Maroc qui, après trois rounds étalés sur l’année au service des jeunes pour un leadership confirmé dans le domaine énergétique, devrait permettre de parler déjà d’une société civile qui porte les initiatives des énergies renouvelables.

Tendances mondiales : Le Maroc est à mi-parcours

La 6ème édition de l’Observatoire international de Commerce du groupe Euler Hermes, tenu le 29 novembre 2018, a tenu toutes ses promesses. Cette sixième édition a été rehaussée par la présence de Wilfried Verstraete, président du Directoire du groupe Euler Hermes qui assiste à l’Observatoire international du commerce pour la troisième année consécutive. Sa présence témoigne de l’attachement du groupe au Maroc. « Euler Hermes et le Maroc ont un lien spécial qui se renforce dans le temps. Le groupe accompagne la croissance de l’économie marocaine, aide les entreprises marocaines à se développer et à croître… », annonce le président dans son discours devant une salle archi-comble.

Échanges commerciaux : Le Maroc a inversé la tendance face à la France

Le Maroc a vendu plus qu’il n’a acheté à la France en 2017. C’est ce qui ressort du bilan des échanges commerciaux entre les deux pays publié par la Direction des études et prévisions financières (DEPF). L’année dernière, les exportations marocaines vers la France ont atteint 56,8 milliards de DH (+17,9%), alors que les importations se sont élevées à 51,9 milliards de DH (+4,6%).

Positionnement international: Les écueils qui plombent les efforts du Maroc

Quel est le positionnement du Maroc au niveau international? C’est la question à laquelle ambitionne de répondre le tableau de bord stratégique, réalisé par l’Institut royal des études stratégiques (Ires), publié la semaine dernière. Sur la base de 187 indicateurs, ce document a mis en avant les domaines où le Maroc a avancé, a stagné ou a reculé, durant les deux dernières décennies.

Positionnement international: Le défi d'intégrer le club des pays émergents

Depuis quelques années, le Maroc a clairement affiché son ambition d’intégrer le club des pays émergents. Mais est-ce que Rabat dispose des moyens de ses ambitions? La situation reste mitigée, selon les données de l’Ires concernant «l’insertion dans le nouvel ordre géoéconomique et géopolitique mondial». En matière d’attractivité, le pays a réussi une légère amélioration dans l’indice global de compétitivité du World Economic Forum.

Oléiculture : Le Maroc atteint la barre des 2 millions de tonnes

L’oléiculture qui occupe une superficie de plus de 1,07 million d’hectares, a connu une augmentation de la production au titre de la campagne agricole 2018-2019, estimée à près de 2 millions de tonnes, soit une hausse de 28% par rapport à la campagne précédente, a souligné samedi, à El Attaouia (province de Kelaa des Sraghna), le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.



        

Lu 108 fois



loading...

Dans le même sujet sur le Web 



>/center>

Inscription à la newsletter

Recherche