Le boycott n’est ni une affaire de pauvres ni une affaire de riches mais une affaire de couches moyennes





Les observateurs qui disent que le boycott n’est ni une affaire de pauvres ni une affaire de riches, connaissent bien leur environnement social : c’est une affaire de couches moyennes, la catégorie socio-professionnelle «C».  

Il y a presque deux fois plus de boycotteurs chez eux, que chez les plus aisés.  Par contre, chez les moins favorisés, ils sont une majorité nette à ne pas appliquer la consigne (57% contre 43%, soit 14 points d’écart!), à ne pas boycotter une ou plusieurs marques.

Par un clin d’œil de chiffres, ces derniers inversent le score moyen à l’échelle du pays, où 57% de ceux qui ont entendu parler de l’appel appliquent le boycott contre 43% de gens informés qui s’en abstiennent.Le poids des couches moyennes se retrouve dans la répartition géographique.  C’est tout naturellement qu’il y a beaucoup plus  d’actifs, contre une ou plusieurs marques dans le centre du pays où se trouvent les grands noyaux industriels et urbains.

Source : http://www.leconomiste.com/




        

Lu 111 fois



loading...

Dans le même sujet sur le Web 



>/center>

Inscription à la newsletter

Recherche