Le capteur temporal qui lit dans la sueur


La sueur reste une mine d’informations santé : L'objectif pour l’équipe de Berkeley n'est pas simplement de fabriquer des capteurs, mais de commencer à cerner l’ensemble des données que la sueur pourrait permettre de « décoder », selon les termes de l’auteur principal, Ali Javey, professeur d'électrotechnique et d'informatique à l’UC Berkeley : « pour cela, nous avons besoin de capteurs fiables, reproductibles, et que nous pouvons fabriquer à la bonne échelle de manière à pouvoir les placer à différents endroits du corps et sur de nombreux sujets ». D'ailleurs, pour mieux cerner ce que la sueur peut nous apprendre sur la santé en temps réel du corps humain, les chercheurs ont placé leurs capteurs de sueur à différents sites du corps des participants (front, avant-bras, aisselles et haut du dos).



Ces bioingénieurs de l’Université de Californie, Berkeley proposent à leur tour de nouveaux capteurs portables capables d’apporter des mesures en temps réel du taux de transpiration, des électrolytes et des métabolites présents dans la sueur. Ce faisant, ces travaux présentés dans la revue Science Advances semblent mettre fin à l’espoir que des tests de sudation non invasifs puissent remplacer les tests sanguins pour le diagnostic et le suivi du diabète, car ils suggèrent l’absence de corrélation simple et universelle entre les taux de sueur, les mesures de ses principaux composés et la glycémie. Mais ils pourraient néanmoins trouver d'autres applications diagnostiques.





        

Notez

Lu 60 fois




Dans le même sujet sur le Web 


loading...

Inscription à la newsletter

Recherche






Booking.com