Mesdames, on vous harcèle ? Sifflez pour dénoncer !




Mesdames, on vous harcèle ? Sifflez pour dénoncer !

Le mouvement Masaktach est résolument actif, voire offensif. Né voici quelques semaines dans le sillage de l’adoption de la loi 103-13 contre la violence à l’égard des femmes, le collectif multiplie les initiatives. La dernière en date, le sifflet, pour huer les dragueurs indélicats, sûrs de leur virilité mais en réalité dépourvus d’humanité.
 

Lancé sur Twitter sous la présentation suivante, « Collectif de femmes et d’hommes qui dénoncent les violences et abus contre les femmes ainsi que la légitimation de la culture du viol au Maroc », #Masaktach  avait déjà appelé les femmes voici quelques semaines à dénoncer tout acte de viol, d’attouchement ou de harcèlement. L’appel a été suivi, mais timidement : on ne lutte pas facilement contre des siècles de soumission… et les hommes ne sont pas prêts à lâcher rapidement leurs avantages de plusieurs siècles de domination.
 

Le mouvement a également pris une initiative aussi bruyante que le harcèlement est rebutant. Pour toutes celles qui se font harceler dans la rue, avec toutes les joyeusetés qu’elles entendent, #Masaktach  appelle à siffler fortement, bruyamment, longuement. Ce geste est à lui seul suffisant pour faire fuir tout indélicat sûr de sa virilité, et inconscient de sa stupidité.
 

Et ainsi donc, Laila Slassi, Maria Karim et les autres personnes, femmes ou hommes, à l’origine du mouvement #Masaktach et de #ila_dsser_seffri vont procéder à une distribution de sifflets ce samedi, dans les rues des grandes villes du pays. Ainsi, tout propos déplacé ou vulgairement machiste prononcé discrètement aura pour écho une stridulation stridente, forte, assourdissante.
 

Rendez-vous donc samedi, pour siffler, huer, ceux qui sifflent et maltraitent les femmes dans la rue. Draguer oui, mais dans les règles : pas de provocation, pas d’insulte, pas d’agression. Pour draguer, il faut être deux, sinon cela devient du harcèlement, qui produira désormais des sifflements.
 

Il serait bon qu’une rencontre ait lieu entre #Masaktach et la DGSN, afin que les policiers soient sensibilisés à cette nouvelle forme de défense des femmes contre ceux qui se veulent hommes.
 

Aziz Boucetta : http://www.panorapost.com/article.php?id=18563#.W-Gi5y8ALBI.whatsapp



Notez


Lu 60 fois