Menu


Santé et Bien Etre

Ne gâchez pas des milliers d'années d'évolution !



Avez-vous déjà réfléchi au fait que vous étiez le fruit de centaines de millions d’années de sélection naturelle ?

Si vous êtes là, en train de me lire, c’est que tous vos ancêtres, sur des milliers et des milliers de générations, ont réussi à survivre, avoir au moins un enfant, qui lui-même a survécu jusqu’à l’âge adulte pour avoir un enfant à son tour, et ainsi de suite jusqu’à vous.



Ne gâchez pas des milliers d'années d'évolution !


Vos ancêtres ont tous, absolument tous réussi à survivre à toutes les catastrophes, toutes les maladies, toutes les guerres, et ce sur 84 000 générations depuis le premier hominidé !

C’est dire si vous pouvez être fier d’eux, et de vous. Vous avez été sélectionné parmi des milliards par le processus de « sélection naturelle » qui élimine les individus insuffisamment adaptés à leur environnement au profit d’une toute petite élite, constituée des plus résistants – dont vous faites partie.

C’est une performance car la plupart des espèces vivantes ne peuvent pas en dire autant : 99,99 % des espèces apparues sur Terre depuis l’origine ont disparu (et la plupart avaient déjà disparu avant même l’apparition de l’homme).

Mais pour que l’aventure puisse continuer, encore faut-il ne pas jeter aux orties les modes alimentaires, les remèdes naturels, les habitudes de vie qui ont fait le succès de vos ancêtres. Dès que vous décidez d’absorber un aliment ou un liquide nouveau, qu’ils ne consommaient pas, vous prenez potentiellement un risque : Coca-Cola, Nutella, Corn Flakes, Red Bull, chips, pour ne citer qu’eux.

Les mauvaises expériences du passé

A la fin du XIXe siècle, des savants ont imaginé que, grâce à la Science, ils allaient inventer de la nourriture de synthèse qui fonctionnerait mieux que les produits naturels.

On venait de découvrir les trois éléments énergétiques de base de notre alimentation (protéines, lipides, glucides). Divers expérimentateurs essayèrent de nourrir du bétail uniquement avec des protides (protéines), des graisses (lipides) et du sucre (glucides), complétés d’eau et de sel.

Sage précaution de n’avoir pas expérimenté tout de suite cette idée sur des êtres humains !

Les bêtes dépérissaient et ne pouvaient plus se reproduire. En revanche, leur état s’améliorait fortement si l’on ajoutait à ce régime du jaune d’œuf et du lait entier. C’est ainsi que l’on commença à soupçonner l’existence d’autres substances, présentes en quantités infinitésimales dans l’alimentation, mais qui n’en étaient pas moins indispensables à la survie : les vitamines,les minéraux, les oligo-éléments.

Et pourtant, un siècle plus tard, l’importance vitale de ces nutriments, qui ne sont apportés que par une alimentation saine et bio, est toujours largement ignorée par la médecine académique, qui ne fait réellement confiance qu’aux médicaments chimiques pour guérir les malades.
 

Des organes inutiles ???

De même, sous prétexte qu’ils ne comprenaient pas leur fonction, des chercheurs en ont conclu que l’homme avait des organes inutiles, qu’il valait mieux retirer chirurgicalement.

Par exemple les amygdales, que les enfants se faisaient enlever à la chaîne. L’appendice, un bout d’intestin dont on pensait qu’il ne servait « à rien », si ce n’est à provoquer une inflammation mortelle, l’appendicite.

Actuellement, on continue à enlever les « végétations » à des dizaines de milliers d’enfants chaque année (90 000 en France en 2011), essentiellement pour éviter les rhumes à répétition, alors qu’une étude a montré que c’était absolument inutile [1]. On enseigne également dans les facultés de médecine que la vésicule biliaire ne sert à rien.

Pire encore : on a longtemps cru que la rate était superflue ! Cet organe indispensable à la fabrication des cellules immunitaires et du sang était même réputé nuisible, à tel point que les athlètes allemands d’entre les deux guerres se faisaient retirer la rate pour courir plus vite (d’où l’expression « courir comme un dératé »), de même que les femmes envoyées aux Jeux Olympiques par l’Union Soviétique tombaient enceintes puis se faisaient avorter la veille de la compétition pour prétendument améliorer leurs performances.

Un tel obscurantisme, à peine croyable, ne date pas du Moyen-Âge ni même du XIXe siècle : nous parlons bien de la communauté scientifique de l’époque de Spoutnik, des voyages sur la lune et des opérations à cerveau ouvert !!

Et au moment où j’écris cette lettre, un lecteur m’envoie justement le témoignage suivant :
« En mai 2014 j’ai dû subir – après m’y être résolu par défaut – une ablation de la vésicule biliaire. (…) À les entendre, ces chers doctorants, la vésicule ne sert pas à grand-chose !!! C’est à en conclure que notre évolution n’a pas été parfaite pour s’embarrasser d’un organe inutile !! Mon retour d’expérience dans le mois qui suit cette intervention ? Je constate les changements suivants dans mon circuit digestif :
  • des flatulences quotidiennes et nauséabondes,
  • des petites alertes côté foie : écœurements fréquents,
  • de petites diarrhées plusieurs fois par semaine,
  • des petits troubles de la vision : certainement en liaison avec les réactions du foie…
  • etc. »
Comme quoi, si la nature nous a donné une vésicule biliaire, ce n’est probablement pas pour rien. Et même si la médecine n’a pas encore découvert précisément sa fonction, mieux vaut s’abstenir de la retirer – autant que possible.

Consommez des produits bios, locaux et de saison

Les hommes se sont adaptés très finement à leur environnement. Ce n’est certainement pas un hasard si les grandes maladies de civilisation se développent comme des épidémies, systématiquement, dans tous les lieux où les populations abandonnent leur mode de vie traditionnel.

On incrimine en général les fast-foods, la malbouffe, Coca-Cola et McDonald’s, la voiture, et ce sont évidemment des facteurs essentiels.

Mais il est toujours potentiellement mauvais de manger des aliments qui ne correspondent pas à la saison et au climat.

Si vous prenez des Bédouins, des Pygmées et des Massaï, ou des Incas, et que vous leur imposez l’alimentation qui convient parfaitement aux Eskimos, ils tomberaient malades également.

« L’empirisme, arche sainte de la médecine à laquelle nous devons bien nous garder de toucher », disait le grand médecin Armand Trousseau.

L’empirisme est le mot savant qui désigne les connaissances acquises par l’expérience. Ne les abandonnons pas au nom d’un « progrès illusoire ».

Actuellement resurgit un très fort mouvement en faveur de la consommation de produits bios, locaux, et de saison. Sachons l’encourager en l’adoptant nous aussi. Outre les bienfaits pour l’environnement, ce sont les bienfaits pour notre santé qui seront certainement les plus spectaculaires à long terme.

Mais, de toutes façons, dans le domaine de la nature, tout est lié.



Jean-Marc Dupuis de SNI





 

JM Dupuis de SNI
 
 
Source : Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).            
Pour toute question, rendez-vous ici




Notez

Lu 87 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche