Notre Saad a enfin été libéré lhamdoullah :


Les chroniques de Majda : Aujourd’hui est un grand jour ! Que dis-je ?! Aujourd’hui est un jour historique ! Notre Saad a enfin été libéré lhamdoullah grâce à Dieu, à la mobilisation massive de ses fans fidèles et très respectueux, à nos personnalités publiques responsables et surtout à son avocat-guerrier, notre désormais héros national, j’ai nommé Maître Dupont-Moretti.



Bon, faut dire qu’Eric a eu du mal à lui faire accorder la liberté provisoire puisque son cas était (et est encore) assez compliqué. Accusé par une horde de psychopathes, probablement nymphomanes éconduites, payées certainement par les algériens pour le faire tomber, il a su s’en sortir, une énième fois … mais pour combien de temps ?

Seul l’avenir nous le dira mais je croise personnellement les doigts (je vais certainement me les fracturer mais qu’importe ! Mon compatriote d’abord, la douleur n’est qu’accessoire !) pour que notre fierté nationale revienne sur scène caresser nos oreilles de ses douces chansons mélodieuses et dansantes et de ses paroles révolutionnaires. Lhamdoullah w khlas ! 

Après tout, qu’est ce qu’elle a cette justice française, inéquitable et raciste, à s’acharner sur un honnête citoyen marocain, beau gosse et de bonne famille, sans aucun antécédent, qui a toutes les filles à ses pieds et qui pourrait avoir n’importe quelle bombe atomique en un claquement de doigts ? Je ne comprends pas. La fille est montée avec lui de son plein gré, ils ont fait leur petite affaire et salina (pour le plaisir de le reprendre). Vivement que sa liberté soit totale pour que nous puissions enfin revivre sereinement et que notre seul et unique souci soit enfin derrière nous ! Inchallah, dites « Amine ya rbbi l3alamine ». Prions mes amis. Prions.

Je suis très heureuse aussi de voir notre presse nationale se réjouir tellement de cette nouvelle au point d’oublier la mort tragique d’une gamine de trois ans suite à une chute où cette fois-ci notre autre star nationale, j’ai nommé « ddwa l7mer », n’a servi à rien du tout. Oui, va falloir que quelqu’un explique à nos responsables qu’à part ddwa l7mer et la Bétadine, nos hôpitaux devraient être équipés de scanners et autres « gadgets » afin de sauver des vies humaines.

Décéder d’une chute, je croyais que c’était fini depuis quelques siècles, mais apparemment non. En fait tout dépend de la zone dans laquelle tu te trouves dans notre cher pays. Si t’habites un bled perdu genre Tinghir, t’es foutu. Si t’habites en revanche Gauthier à Casablanca, y a moyen que tu survives (mais faudra que t’ailles en clinique, faut pas abuser non plus !). Bien entendu le Directeur régional de la santé a décliné toute responsabilité dans cette affaire arguant que c’était la faute aux parents et qu’ils n’avaient qu’à emmener leur gamine à Errachidia pour lui faire passer les examens nécessaires … mais à aucun moment il n’a saisi l’occasion de dire qu’effectivement un hôpital se doit d’être équipé. Non. Il ne faut pas rêver non plus ! Un hôpital ET équipé ?

Ghir bchwiya, une chose à la fois ! Bref. Donc aujourd’hui, dans le Maroc de l’an 2017, un enfant peut encore mourir d’une chute parce qu’il doit se taper 500 kilomètres pour se faire soigner … s’il arrive à temps. 
Mouhim, aujourd’hui est une journée ensoleillée et pleine de bonnes nouvelles qui nous rappellent à quel point il fait bon de vivre au Maroc et avec une catégorie de Marocains.


Aujourd’hui des youyous se sont élevés sous nos cieux à l’annonce de l’information la plus importante de nos vies et les larmes des parents de cette petite et des parents qui imaginent, même un peu, la douleur de la perte d’un enfant s’étouffent dans le flot d’une joie démesurée, ignoble, crétine, bête, méchante qui honore – encore une fois (la routine, c’est bien)- un gars accusé de viol. On célèbre la libération provisoire un serial-violeur, on jubile, on remercie même le bon Dieu et on oublie une enfant-martyr qui a payé de sa vie les lacunes d’un système de santé désastreux dans un pays où si tu n’as pas d’argent, si tu n’habites pas une grande ville, si tu n’es pas fils de, tu es tout simplement une merde sur laquelle on tirera la chasse de l’inégalité.
Aujourd’hui est un nouveau jour et moi j’ai une boule à la gorge parce que je m’inquiète de ce que je vois. Je constate que je vis dans un pays qui honore un criminel et qui oublie son enfant. Je constate que je respire le même oxygène que des femmes stupides et vulgaires qui prient pour la gloire d’un violeur et insultent tous ceux qui osent dire « stop ». 
Aujourd’hui je suis revenue au Maroc, je m’en mords les doigts mais que voulez-vous, comme beaucoup de mes compatriotes je dis « Ewa l7amdoullah ! Ra ghir l’mghrib hada ! ».

NB : A toutes les pisseuses dévergondées, qui m’insulteront encore une fois sur la toile, qui insulteront mes enfants et mon mari, parce que « ô mon Dieu Saâd ! », je n’ai cure de vos états d’âmes, vous êtes connes et il va falloir que vous acceptiez votre amère réalité. A mon tour je vous tire dessus la chasse, mais pas celle de notre pays, celle de l’inégalité, parce que même celle-ci vous ne la méritez pas … je tire la chasse des toilettes. La merde reste de la merde même si on la parfume. Cordialement.




Notez


Lu 121 fois


Inscription à la newsletter

Recherche




Booking.com