Pour un plan de rigueur économique


Six pistes de réflexion pour un plan de rigueur économique par Mostafa Melgou



Et maintenant, entamons les modalités pratiques !

Maintenant que le constat imparable de crise est admis par le gouvernement et que notre modèle de croissance a montré à l’évidence ses limites, car il s’agit d’une croissance artificielle stimulée à coups de subventions de l’Etat, et dans l’attente de forger un modèle de développement économique qui intègre le progrès technique et le développement humain que ne mesure ni le PIB ni le PNB, dès lors qu’il faut inclure d’autres indicateurs tels que la santé, l’éducation…etc que mesure l’IDH ( Indice de développement Humain), en somme ce que l’on appelle par les droits économiques et sociaux.

Ecouter la suite ou la lire  

il_est_aujourd_hui_urgent,_pour_parer_au_plus.wav Il est aujourd’hui urgent, pour parer au plus.wav  (3.45 Mo)


Il est aujourd’hui urgent, pour parer au plus pressé – atténuer les déficits budgétaires grandissants- de procéder à la mise en place d’un plan de rigueur drastiques dont je livre ici quelques axes de réflexion à titre indicatif, pour lancer un débat qui fait défaut chez notre classe politique.
 

1. Faire des coupes dans le budget de fonctionnement de l’Etat, de ses Administrations et de ses entreprises publiques et ce serait encore mieux de réduire le nombre des ministères et de revoir le mode de rémunération de nos parlementaires.

2. Soustraire le compte Investissement public du plan de rigueur pour ne pas pénaliser les ressorts de la croissance.

3. Le budget de l’Etat étant exsangue, nos syndicats doivent faire preuve de responsabilité et de discernement, l’intérêt général primant sur les intérêts corporatifs.

4. Nos partis politique, en mal de crédibilité, doivent cesser de faire de la récupération et de l’exploitation éhontée du désarroi de beaucoup de Marocains.

5. Les subventions de l’Etat doivent aller aux récipiendaires méritants, c’est-à-dire les pauvres, dans l’attente d’une réforme de fond de la Caisse de Compensation. 

6. Limiter la subvention du carburant au transport public urbain et interurbain – camions, taxis, bus et cars…Ce faisant permettra d’optimiser la subvention, de même qu’il résoudra le problème des goulots d’étranglement de la circulation dans nos villes.

 



Ce me semble, ici, quelques pistes pour desserrer l’étau des déficits budgétaires, loin de la rhétorique et des discours clivés, dans l’attente de chercher l’alternative idoine en vue de la « déconstruction créatrice », du modèle qui prévaut actuellement, pour refonder notre économie sur de nouveaux indices de développement, de droits économiques et sociaux . 

Tout un chantier !

Source de l'article : 

http://analyz.ma/six-pistes-de-reflexion-pour-un-plan-de-rigueur-economique/


Traduction automatique version non formelle :

For a plan of economic rigour

Six lines of thought for a plan of economic rigour by Mostafa Melgou

For a plan of economic rigour

And now, let's start the practical arrangements! 
Now that the government has accepted the unstoppable observation of the crisis and that our growth model has clearly shown its limits, because it is an artificial growth stimulated by state subsidies, and in the expectation of forging an economic development model that integrates technological progress and human development that neither GDP nor GNP measures, since it is necessary to include other indicators such as health, education...etc. that the HDI (Human Development Index) measures, in short what is called by economic and social rights. 


It is now urgent, in order to respond to the most urgent need - to reduce the growing budget deficits - to put in place a drastic rigourous plan, of which I will give some guidelines for reflection here as an indication, in order to launch a debate that is lacking among our political class. 
  
1. Make cuts in the operating budget of the State, its Administrations and public companies and it would be even better to reduce the number of ministries and review the method of remuneration of our parliamentarians. 
2. Subtract the Public Investment account from the strict plan so as not to penalize the drivers of growth. 
3. As the State budget is exhausted, our unions must show responsibility and discernment, with the general interest taking precedence over corporate interests. 
4. Our political parties, in need of credibility, must stop making the shameless recovery and exploitation of the distress of many Moroccans. 
5. State subsidies must go to deserving recipients, i.e. the poor, pending a fundamental reform of the Compensation Fund.  
6. Limiting fuel subsidies to urban and interurban public transport - trucks, taxis, buses and coaches... This will optimize the subsidy and solve the problem of traffic bottlenecks in our cities. 

This seems to me to be a few ways of loosening the grip of budget deficits, far from the rhetoric and cleaved discourse, while waiting to find the appropriate alternative for the "creative deconstruction", the model that currently prevails, to rebuild our economy on new development indicators, economic and social rights.  
A whole project! 


Notez


Lu 62 fois