Menu


Santé et Bien Etre

Pourquoi accouche-t-on par césarienne en cas de présentation anormale (Siege,transverse, front…) ?



J’écris ce petit article suite à vos interrogations pour vous expliquer le pourquoi d’une césarienne en cas de présentation anormale (tête non bien fléchie), de la nécessité de suivre sa grossesse et d’accoucher dans une structure médicalisée, seul gage de sécurité pour la maman et le bébé.



Pourquoi accouche-t-on par césarienne en cas de présentation anormale (Siege,transverse, front…) ?
Le bon Dieu a bien fait les choses et le bébé se présente dans la majorité des cas (97%) en présentation de tête bien fléchie, dont le diamètre est compatible avec celui du bassin maternel. C’est une  condition essentielle pour que l’accouchement par voie basse soit possible.

Cependant, il existe des cas ou la tête n’est pas bien fléchie et se présente avec un diamètre supérieur à celui du bassin, ou encore que le bébé se présente par le pole inferieur (siège et/ou pieds) ou carrément en présentation transverse avec l’épaule ou le dos en regard du bassin.

Dans les têtes mal fléchies, les contractions de la maman permettent un chevauchement des os du crâne et une accentuation de la flexion pour diminuer le diamètre de la tête et lui permettre de passer dans le bassin même si cela allonge la durée du travail. Si elle se fixe en front ou en face, elle ne pourra pas passer et l’on recourra à une césarienne de 2ème intention car l’accouchement par voie basse sera  impossible. L’accouchement du siège est particulier dans le sens qu’il se fait à rebrousse poils, la partie inférieure en 1er puis le corps et enfin la tête. Il y a bien de années, les sièges accouchaient tous seuls (la sage-femme adoptait la méthode de Vermelin qui consiste à le regarder sortir sans le toucher pour ne pas le perturber).

Cependant, à  n’importe quel moment, le bébé peut relever les bras et/ou la tête qui peut alors se coincer, nécessitant des manœuvres obstétricales spécialisées pour le délivrer, ce qui n’est pas toujours sans conséquences. L’accouchement du siège comporte donc toujours un risque faible, mais bien réel que le bébé se coince, voire décède. C’est pour cela que la plupart des obstétriciens et des parents préfèrent accoucher par césarienne en cas de siège, pour ne pas faire courir de risque fatal mais aussi medio légal.

Les parents attendent du gynéco  un bébé en bonne santé et n’acceptent plus  le 1% de risque que ça se passe mal. Les gens ont facilement envie de porter plainte (à tort ou à raison) quand ça arrive. Ce qui explique l’inflation des césariennes en cas de siège, aggravant d'autant plus le manque de pratique des nouveaux obstétriciens qui perdent la  connaissance des manœuvres à faire en cas de problème.
Quand le bébé se présente transversalement (présentation de l’épaule ou transverse, moins de 1%), le cas est clair. Le diamètre est énorme par rapport à celui du bassin et un accouchement par les voies naturelles est inenvisageable, sauf cas exceptionnel quand le bébé est encore trop petit, non viable, pour accepter qu’il se plie en deux pour pouvoir passer. Si le bébé reste dans cette position jusqu’au terme voire en début de travail, la césarienne est inévitable.

D’ailleurs, en son absence, le travail est très douloureux, voir insupportable, et l’accouchement impossible, les contractions augmentant de plus en plus pour pousser le bébé dehors jusqu’à ce que l’utérus se rompe. C’est entre autres l’une des raisons des décès maternels et fœtaux dans les anciens temps ou l’accouchement n’était pas médicalisé, en l’absence d’hôpitaux où opérer les parturientes. On disait bien il n y a pas si longtemps LMRA HAMLA, RJEL  FE DENIA OU RJEL FELAKHRA (pour les francisants la femme enceinte a un pied dans la vie et un dans l'au-delà). D’ailleurs, quelles que soient les critiques que l’on peut faire à la Santé Publique sur le manque de confort et/ou d’humanité, de propreté et de ce que vous voulez, il faut reconnaitre un effort considérable pour médicaliser et sécuriser l’accouchement dans tous les coins du Maroc, ce qui a permis de réduire sensiblement le taux de mortalité maternel, même s’il reste encore élevé.

Pour être complet, il faut aussi se demander pourquoi le bébé na pas tourné, s’il n y a pas une cause empêchant sa culbute physiologique, comme un utérus malformé, une grossesse multiple, un bassin rétréci, un placenta ou une tumeur (fibrome par exemple) basse situé… ces causes vont aussi venir compliquer l’accouchement par voie basse. En l’absence de ces causes, on peut toujours tenter vers 36 SA,  quand le fœtus est toujours en présentation de siège ou transverse, de le faire tourner (version par manœuvre externe) pour le rendre tête en bas et tenter la voie basse, mais ce n’est souvent pas possible.

Dr H. BEN ABBES TAARJI

Blog : https://www.le212.info/gynecotaarji/




Notez

Lu 44 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche