Rachid Yazam : La transition énergétique et le stockage de l’énergie


A l’occasion de la célébration du 112 ème anniversaire du Rotary International, les clubs de Rabat ont organisé le jeudi 23 Février une conférence-diner, animée par le professeur Rachid Yazami, sommité scientifique et prix Draper 2014. Le thème de cette rencontre était : « La transition énergétique au Maroc, une opportunité économique et sociétale »




Pour le conférencier Rachid Yazami, le 21ème siècle verra des changements radicaux dans les modes de production, de distribution et d’utilisation de l’énergie. L’époque pendant laquelle l’accès à l’énergie fossile était relativement facile, avec une énergie abondante et relativement bon marché est révolue.

Trois problèmes principaux se posent à l’humanité dans le domaine de l’énergie et l’environnement :
1) augmentation de la population et donc celle de la consommation de l’énergie,
2) diminution des réserves mondiales en énergie fossile
3) réchauffement de l’atmosphère terrestre dû aux émissions de gaz à effet de serre.  

Ces facteurs affecteront nécessairement notre mode de vie au quotidien en particulier notre rapport à l’énergie. L’humanité se doit de réussir la transition énergétique, grand défi du 21ème siècle.  Cette transition passe par la maitrise de l’exploitation de nouvelles ressources énergétiques propres, économiques et durables. A titre d’exemple, l’efficacité énergétique peut être nettement améliorée grâce aux technologies de stockage à haut rendement. Parmi celles-ci citons le stockage électrochimique dans les batteries, en particulier  les plus performantes au lithium-ion que nous utilisons déjà dans nos téléphones portables. Ces batteries utilisent des minerais abondants au Maroc tels les phosphates, le cobalt et le fluor pour ne citer que les principaux. D’autres minerais se trouvent en Afrique avec laquelle le Maroc mènent des programmes de partenariat stratégique.  

Le développement d’une industrie nationale autour de la batterie au lithium constituera un accompagnement naturel du programme sur les énergies renouvelables.  Cette nouvelle industrie permettra l’introduction en masse de véhicules électriques nettement plus économiques et moins polluants que ceux à combustion interne. Elle créera de nouvelles opportunités  dans des domaines aussi variés que la mécanique, les mines, la chimie et le génie civil tout en créant du savoir-faire exportable et des dizaines de milliers d’emplois.  
 
 

Parcours du Pr Rachid Yazami

C’est en préparant sa thèse que Rachid Yazami fut le premier, en 1980, à réussir à intercaler du lithium dans du graphite de façon réversible.

Pour cela, il a eu l’ingénieuse idée d’utiliser un électrolyte solide et non pas liquide comme cela était classiquement fait à l’époque. Le lithium est inséré dans le graphite sans encombre pour se comporter au final comme une anode (électrode négative) de batterie. Mieux encore: le processus d’insertion du lithium dans le graphite était réversible, sans perte de métal. Cette électrode a permis de convertir la pile lithium en batterie rechargeable.

Dans le même temps, une cathode était mise au point par John Goodenough, ce qui a permis à Akira Yoshino, cinq ans plus tard, de réaliser le premier prototype de la batterie à ion-lithium puis à Yoshio Nishi de l’introduire au marché en 1991. Ces travaux ont conjointement permis la mise au point de la première batterie lithium rechargeable. 

Le Professeur Rachid Yazami compte à son actif plus de 50 brevets étendus dans le monde et plus de 200 publications scientifiques. En 2007, il fonde une start-up en Californie pour développer et commercialiser ses découvertes brevetées en particulier sur les batteries d’ion fluorure. En 2011 il fonde une autre start-up, KVI PTE LTD spécialisée dans l’amélioration de la sécurité des batteries et l’extension de leur durée de vie.Les batteries lithium ont révolutionné le monde de l’électronique portable. Il s’en est fabriqué 12 milliards d’exemplaires dans le monde rien qu’en 2012, pour un marché estimé à plus de 20 milliards de dollars US en 2016.



        




Dans le même sujet sur le Web 


loading...