Ta Ana Bnadem de Hicham Lasri avec Nisrin Adam




À l’occasion de la journée consacrée aux violences faites aux femmes, Lasri récidive et diffuse une série de trois vidéos Ta Ana Bnadem dans lesquelles une même femme revendique le droit de ne pas être traitée comme un simple morceau de viande, une plante d’ornementation ou un légume jeté en vrac sur une charrette.

Ces films artistiques, précise le réalisateur, « racontent la société. » Ils disent surtout la puissance de fascination qui est celle des images, toujours plus fortes que les paroles d’évangile ou tout autre discours conservateur et rétrograde.

Moi, une femme


Le 6 décembre sortira aussi en salles Headbang lullaby, alors que le réalisateur met la touche finale à son sixième long métrage :
La blessure la plus rapprochée du soleil.

Pour ceux qui feraient un détour par Dubaï, vous aurez la chance de voir le dernier court-métrage intitulé City soul, en compétition au Festival international du film.

À la question de savoir combien il y a d’Hicham Lasri, l’artiste répond : « Je suis le seul à être pléthorique ! »


Notez




Inscription à la newsletter

Recherche






Booking.com