Toutes les vitamines C ne se valent pas




Aujourd’hui, les fruits et légumes, même bios, ont perdu la quasi-totalité de leurs qualités nutritives. Vous ne pouvez plus compter sur votre alimentation pour combler vos besoins en vitamine C. 

La supplémentation est devenue indispensable. 

C’est d’autant plus important que nous souffrons tous, sans le savoir, d’un déficit en vitamine C. Vous êtes particulièrement concerné si :
  • Vous avez plus de 60 ans car vous avez plus de mal à assimiler la vitamine C ; 
     
  • Vous êtes fumeur, car vous subissez le stress oxydatif lié à la fumée de cigarette ; 
     
  • Vous êtes stressé, ce qui cause des phénomènes d’oxydation dans votre corps ; 
     
  • Vous êtes fatigué ou malade ; 
     
  • Vous êtes sportif car l’exercice physique augmente le stress oxydatif dans les cellules. 

 Une certaine dose quotidienne de vitamine C, vous pouvez :
  • Réduire votre risque d’hypertension artérielle et d’AVC 
     
  • Renforcer vos os et vos articulations grâce à une augmentation de la synthèse du collagène 
     
  • Améliorer votre mémoire et vos capacités de concentration 
     
  • Purifier votre organisme des métaux toxiques 
     
  • Brûler plus facilement vos graisses 
     
Mais ce n’est pas tout. Administrée à haute dose (et dans un cadre médical suivi), la vitamine C vous protège :
  • Des maladies neuro-génératives comme Alzheimer et Parkinson ; 
     
  • De maladies cardio-vasculaires ; 
     
  • Des infections virales comme la rougeole, les hépatites virales, la pneumonie, la grippe, la varicelle, l’herpès ; 
     
  • De certaines bactéries mortelles comme la diphtérie, la tuberculose, le streptocoque, dont le risque baisse fortement avec de bons apports en vitamine C. 
     
C’est ce qu’a découvert le célèbre chercheur Linus Pauling, l’un des précurseurs dans ce domaine.

L’étonnante découverte d’un double Prix Nobel

Le scientifique Linus Pauling fut le premier à comprendre les propriétés de la vitamine C. Ce double Prix Nobel a secoué le monde médical lors de la publication de son livre La vitamine C et le rhume en 1970. 

Cela peut paraître bien banal aujourd’hui. Mais Linus Pauling s’est battu pendant plus de 20 ans pour faire admettre par la communauté scientifique l’importance de la vitamine C dans la prévention des maladies, même les plus graves. 

Sa découverte a donné le coup d’envoi à une multitude d’études et de recherches sur la vitamine C : pas moins de 58'000 études ont déjà été publiées sur le sujet ! 

Cette semaine encore vous avez peut-être lu dans la presse que de nouvelles études sur la vitamine C pourraient confirmer l’intuition de Linus Pauling sur le cancer. 

Il faut savoir que certains malades, gravement atteints et condamnés par leurs médecins, ont quasiment ressuscité après avoir suivi ce traitement. 

Toutes les vitamines C ne se valent pas

Dans Le dossier spécial Vitamine C, vous apprendrez à distinguer la forme naturelle de la forme synthétique. Il existe une astuce simple pour ne plus vous faire avoir par les fabricants. 

A savoir également : évitez la forme effervescente ! 

On ne le dira jamais assez : la vitamine C est un antioxydant, ce qui veut dire qu’elle a une très forte tendance elle-même à s’oxyder (c’est en s’oxydant qu’elle « réduit » l’oxydation des molécules qui l’entoure). Or, durant l’effervescence, elle est mise au contact de l’oxygène, ce qui lui fait perdre ses propriétés. 

En plus, la vitamine C effervescente comprend beaucoup trop de chlorure de sodium, ce qui la rend en général contre-indiquée pour la pression sanguine et artérielle : elle est particulièrement à proscrire ici. 

C’est pourquoi l’équipe de Plantes & Bien-Être vous recommande dans son dossier d’autres formes venant directement de la nature :
  • Les baies de cet arbre sont les préférées des médecins tibétains et ils ont bien raison : elles contiennent 30 fois plus de vitamine C que l’orange. 
     
  • Ce fruit rouge vif a la plus forte concentration en vitamine C. Mais ce n’est pas son seul atout : il est aussi riche en vitamine B, en calcium, en magnésium et en polyphénols. 
     
  • Le camu camu, un fruit exotique d’Amazonie, a la capacité de ralentir l’absorption de la vitamine C, ce qui permet une assimilation maximale. 
     
  • Le fameux « gratte-cul » est idéal en décoction : retrouvez la recette complète dans ce numéro d’octobre. 



        




Notez

Lu 154 fois



Dans le même sujet sur le Web 


loading...