Menu


Santé et Bien Etre

Toux, bronchite, les suppositoires à l’huile essentielle d’eucalyptus





Toux, bronchite, les suppositoires à l’huile essentielle d’eucalyptus
Le suppositoire est une invention de la médecine arabe

Un certain savant nommé Ibn Al Jazzar qui vivait au 10e siècle avait inventé un mélange de :
« pénis de loup séché et pulvérisé, mélangé avec du musc, du safran et des clous de girofle »
Son but : favoriser la fertilité des femmes stériles.

Il est vrai que cette recette figurait dans un manuel intitulé « La médecine des Pauvres ». 

Vertus de l’eucalyptus

L’huile essentielle d’eucalyptus est un terpène, autrement dit une sorte de térébenthine. 

C’est un hydrocarbure très odorant produit par les conifères mais aussi de nombreuses plantes. L’eucalyptus en est très riche et ses vertus médicinales étaient déjà bien connues des aborigènes d’Australie qui l’utilisaient contre les congestions nasales, les douleurs dans les sinus, et les infections. 

L’Organisation mondiale de la Santé reconnaît l’usage des feuilles d’eucalyptus pour soulager les fièvres et les symptômes de l’asthme, l’inflammation des voies respiratoires, des bronches, de la gorge et des muqueuses de la bouche. 

Peu étonnant, donc, qu’on l’utilise chez nous contre la bronchite. Plus étonnant, par contre, l’idée d’en faire une pâte et de le mettre à cet endroit-là !

Les Anglais seraient contre les suppositoires

Il paraît que les Anglais sont contre les suppositoires :

« Les Anglo-Saxons vouent un mépris absolu aux suppositoires, dont ils contestent l'efficacité, au contraire des Latins qui en raffolent. », explique une journaliste de Libération (Béatrice Bantman) .

En tant que Français, je tombe dans la catégorie des « latins », j’imagine. Pourtant je ne peux pas dire que je « raffole » des suppositoires. 

- « Non, franchement Béatrice, tu exagères… »

Ce à quoi nous avons échappé

Depuis le 18e siècle, les suppositoires sont fabriqués à partir d’une pâte qui fond. Au départ, c’était une base de beurre de cacao, fondant à la température du corps humain. Aujourd’hui, c’est de la glycérine, un produit pâteux issu naturellement de la fabrication du savon. 

Mais avant cela, les principes actifs du suppositoire étaient en général déposés sur un support en métal ou en corne, qu’il fallait expulser après utilisation. 

Ils étaient donc parfois équipés de ficelles pour les retirer plus sûrement [3]. 

Plutôt réjouissant de savoir à quoi nous avons échappé ! 



Jean-Marc Dupuis de SNI

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). 
Pour toute question, rendez-vous ici

SNI Éditions, CS 70074, 59963 Croix Cedex, FRANCE




Notez

Lu 114 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche