Menu


Santé et Bien Etre

URGENCE DON DE SANG : CA SAUVE DES VIES ET CA NE PEUT VOUS FAIRE QUE DU BIEN



Si déjà au cours des mois normaux, la pénurie de sang est fréquente, celle-ci s’aggrave durant le mois de Ramadan. Or le sang est une denrée rare irremplaçable et je profite d’un appel d’urgence des autorités sanitaires pour écrire cet article afin de sensibiliser les gens donner leur sang pour les autres même et surtout au cours de ce mois sacré.



URGENCE DON DE SANG : CA SAUVE DES VIES ET CA NE PEUT VOUS FAIRE QUE DU BIEN
Je suis convaincu que l’inventeur du sang artificiel aura immédiatement le Prix Nobel de Médecine. Malgré toutes les avancées technologiques, on n’est pas encore parvenu à fabriquer un substitut à ce liquide rouge qui coule dans nos veines. Encore plus que l’eau, le sang est source de vie et dans certaines situations aiguës, le malade, la femme qui vient d’accoucher ou encore l’accidenté peut mourir dans les heures qui suivent du fait de son manque. C’est lui qui permet de véhiculer l’oxygène indispensable à la vie, des poumons à tous nos organes, grâce aux globules rouges. Ces cellules bien connues se composent d’un pigment rouge, l’hémoglobine qui fixe l’oxygène au niveau de l’alvéole pulmonaire et permet de la transporter au niveau de toutes les cellules de l’organisme pour les nourrir et leur permettre de fonctionner normalement. Le cœur n’est que la pompe qui permet à ce sang de circuler.
Dans certaines situations aiguës et fréquentes dans les services d’urgence, le malade va perdre rapidement beaucoup de sang, ce qui va mettre en danger immédiat sa vie. Bien sûr il y a la situation de l’accidenté de la route ou d’une agression, d’un traumatisme violent avec hémorragie importante, extériorisée ou non, qui est évidente. Mais il y a aussi beaucoup d’urgences en obstétrique ou l’on a un besoin URGENTISSIME de sang, de la femme qui fait une grossesse extra utérine rompue et méconnue, à la femme qui accouche normalement, mais se complique d’une hémorragie de la délivrance quelques minutes ou quelques heures plus tard, ou encore avec les complications d’une hypertension au cours de la grossesse. Sans compter les malades ayant un besoin de plaquettes ou avec des maladies du sang particulières. On aura toujours besoin de sang.
Dans ces cas, tout en démarrant des remplissages vasculaires par des produits adaptés pour lutter contre l’état de choc, voire en opérant le malade, l’équipe soignante va demander à la famille d’aller chercher au centre de transfusion des produits sanguins (culots globulaires, plaquettes ou encore du plasma frais congelé). Mais selon le groupe et la période, le centre peut ne pas disposer de la quantité nécessaire voire pas même une seule pochette de sang de groupe rare (O négatif, B négatif) et donc ne pourra pas répondre à la demande. Ce qui peut être fatal si la condition du malade continue de s’aggraver avec un saignement persistant. Il peut donc en mourir malgré toutes les bonnes volontés. On assiste parfois à des appels au don de groupes sanguins particuliers sur les réseaux sociaux mais il est parfois trop tard, même si vous voulez acheter ce sang des kilos d’or. IL N’Y EN A PAS TOUT SIMPLEMENT. D’ailleurs le sang ne se vend pas, on paye juste les analyses pratiquées dessus pour assurer la sécurité transfusionnelle.
Voilà pourquoi il est important préventivement de donner son sang car cela sauve des vies, pas forcément celles des proches, mais peut être la vôtre le jour où vous en aurez besoin. Cette pénurie est autant plus grave dans les petites villes et en période de Ramadan. Les gens ne sont pas conscient  de l’importance de ce don, et donc le négligent, voire n’y pensent pas vraiment. Jusqu’au jour où ils sont dans le besoin. C’est pour cela que je félicite le Ministère de la Santé qui vient d’ouvrir plusieurs lieux de dons (autres que les centres de transfusions régionaux) au niveau des centres de santé, des établissements de dialyse, des hôpitaux pour faciliter l’accès au don, mais sans oublier l’essentiel, sensibiliser les gens à donner de leur sang car c’est vital. D’où cet article.
Le don de sang est possible pour toute personne adulte en bonne santé et sans maladie chronique. Un médecin vous examinera préalablement pour éliminer des contres indications au don. On peut le faire à jeun, même s’il est préférable de le donner après avoir mangé pour éviter un petit malaise potentiel. La sécurité est totale. On utilise un matériel à usage unique et cela prend 15-20 minutes pour vous prélever 250 ml avec juste une petite piqûre  et on vous sert gratuitement un petit encas à la fin. La quantité prélevée sera rapidement reconstitué en quelques semaines, ce qui fait qu’un don peut être refait sans danger au bout de 2 mois pour les hommes et de 3 pour les femmes (pour comptabiliser le fer perdu dans les règles). Votre sang est analysé pour connaitre votre groupe sanguin mais aussi pour préciser le statut sérologique vis-à-vis du virus du Sida, de l’hépatite B, de l’hépatite C et de la syphilis, afin de s’assurer de ne pas contaminer le futur receveur. On vous fait donc bénéficier des résultats de votre groupage et de votre statut sérologique gratuitement. Le prix payé par poche ne couvre que les frais du prélèvement et des analyses, le don étant gratuit. Le sang prélevé est immédiatement séparé en 3 : les culots globulaires ou concentré de globules rouges qui se conservent 35 jours, les culots plaquettaires qui se conservent seulement 5 jours et le plasma frais qui est congelé pour une durée allant jusqu’à 1 an. D‘autres produits peuvent être également préparés à partir du plasma pour des besoins plus spécifiques (immunoglobulines, albumine, facteurs de coagulation….)
Pour pallier la pénurie de sang, le centre de transfusion oblige les malades programmées pour une chirurgie potentiellement hémorragique à ramener des donneurs bien avant l’intervention. En cas de besoin, ce don va permettre la délivrance des poches nécessaires. Le sang donné n’est pas destiné à un patient précis (sauf exception) mais va permettre de remplir la banque. Si l’on ne faisait pas cela, il n’y aura vraiment pas de sang disponible à délivrer. Bien sûr en cas d’urgence vitale justifiée, le centre répond à la demande de sang dans la mesure du possible s’il a le groupe demandé. Sinon, eh bien c’est le patient qui peut en pâtir.
C’est pour cela qu’il est important que les gens soient sensibilisés à donner de leur temps et de leur sang car cela PERMET RÉELLEMENT DE SAUVER DES VIES. Même pendant ramadan, vous pouvez et vous devez donner.
Dr H. BEN ABBES TAARJI




Notez

Lu 59 fois

Suivez-nous sur Twitter.
Rejoignez-nous sur Facebook.
Inscrivez-vous à la newsletter.
Rejoignez-nous sur instagram.
  •  


Avertissement du portail Le212.info

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés.

Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu des différents articles de ce portail qui se veut indicatif et informationnel, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être.

L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués.

L'éditeur de ce portail ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.
Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Vous êtes ainsi invités à lire sans modération mais avec responsabilité et discernement.

Le212.info


Inscription à la newsletter

Recherche