Menu

Pourquoi je crois à la réincarnation


Rédigé le Mercredi 4 Juillet 2018 à 08:43 | Lu 106 fois | 0 commentaire(s)



Pourquoi je crois à la réincarnation
L'homme dont j'ai choisi de vous parler aujourd'hui répond au nom d'Emmanuel Macron. Emmanuel est, comme chacun sait, depuis le 7 mai 2017, le plus jeune candidat de l'Histoire de France (et Dieu sait si cette histoire est riche et inventive) à avoir réussi à accéder à la fonction suprême.

Plusieurs qualités, que même ses plus violents opposants lui reconnaissent, expliquent sa réussite éclair : il y a, d'abord, chez lui, ce style qui déstabilise ses interlocuteurs. Un peu à la façon de la splendide Laéticia Casta et son regard bleu laser qui séduit quiconque traverse son champ de vision, ou de la plantureuse Léa Seydoux.

Il possède également cette autre qualité, décisive pour celui qui est porté par les mêmes ambitions, et qui le distingue cruellement de bien des hommes politiques : Emmanuel est une personnalité charismatique et incandescente.

Maintenant qu'on a dit ça, je veux ajouter, pour ne pas tomber dans la propagande, qu'il y a aussi en lui une part sombre (d'ailleurs, qui n'en n'a pas ?) relayée par le bruit qui court et confirmée par d'anciens collaborateurs.

On lui prête en effet un caractère totalitaire et volcanique, une exigence obsessionnelle et un sens orwellien de l'autorité.

Ces critiques semblent feindre d'ignorer que, sauf erreur de ma part, nous ne vivons pas dans le monde de Oui Oui, du moins plus après nos premières années. Rappelons également à ces belles âmes le vieil adage suivant, qui garde toujours sa pertinence : quand le prince devient roi, ceux qui l'ont vu pleurer sont envoyés fleurir les mines de sel. Depuis la nuit des temps.

Mais attendez, avons nous abordé l'essentiel d'Emmanuel ? Pas encore. Mais on y arrive tout de suite : Cet homme a renversé le paysage politique français et remis la France dans le game du fait de deux vertus cardinales : le courage et la liberté.

Deux vertus qui viennent s'ajouter aux précédentes pour faire dire à l'auteur de ces lignes : Emmanuel is the President.

Car Emmanuel Macron avance en politique comme un train dans la nuit et ne craint ni la rue, ni l'ordre établi, ni les contraintes de la hiérarchie, ni le poids des postures politiques. Emmanuel est libre. Libre car détaché de tout enjeu personnel et porteur d'un idéal pour la France.

Il craint encore moins de bousculer les convenances et semble, sincèrement, être une sorte de messager politique envoyé par une main invisible et destiné à montrer aux imbéciles heureux, et Dieu sait si ils sont nombreux en politique, tout pays confondu, la façon adéquate de faire la politique. Mais bon, laissons Dieu tranquille, du moins pour quelques secondes encore.

Le temps de rajouter qu'il y a surtout chez lui cette chance, mystérieuse, et cette aura quasi divine qui m'a amené à m'interroger sur le fait suivant : Et si Emmanuel Macron réalisait, à travers cette vie, une sorte de chemin de récompense suite à une précédente existence faite de sacrifices et de manques endurés dans la dignité ?

J'envisage sérieusement cette option tellement son destin, mérité, paraît cousu de fil blanc, pour ne pas dire écrit. Il se murmure en effet que Dieu, le jour du jugement dernier, choisira de ne pas lui ouvrir les portes du Paradis, arguant qu'il en a déjà suffisamment profité à partir du 21 décembre 1977, jour de sa... réincarnation.




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Juillet 2018 - 13:43 L'intelligence des sentiments

Jeudi 5 Juillet 2018 - 12:35 Pourquoi Simone de Beauvoir s'est trompée



Ismaïl Mikou
Ismail Mikou
ismail mikou
Essayiste
facebook.com/smail.mikouofficiel
Mail : ismailmikou2@gmail.com

Partager ce site