Menu

LES VERRUES GENITALES ET LA VACCINATION ANTI PAPILLOMAVIRUS (HPV)


Ouoouups !! C’est quoi ça ? C’est horrible !! Comment ça m’est arrivé ? Que faire ? Ce sont souvent les premières réactions que les femmes font lorsqu’elles découvrent sur leur parties intimes des verrues génitales ou encore condylomes acuminés (التناسلية الثآليل).


LES VERRUES GENITALES ET LA VACCINATION ANTI PAPILLOMAVIRUS (HPV)
Ces verrues, à développement extérieur sur la filière génitale, souvent en chou-fleur, parfois planes, vous effraient peut-être, mais il faut dire en 1er lieu que vous n'avez rien à craindre d’elles. Elles sont dues à des virus HPV ou papillomavirus de type 6 ou 11, tout à fait bénin même si leurs aspects n’est pas très réjouissant.  Vous les avez attrapé lors d’un rapport sexuel, même superficiel, ou encore lorsque vos main ou touché un objet souillé par le virus, qui est très résistant dans le milieu extérieur. Tout comme les verrues cutanés très fréquentes chez les enfants car contagieuses par simple toucher, les verrues génitales peuvent toucher beaucoup de gens surtout si leur immunité est déficiente. Il faut savoir que plus de 50% de la population active sexuellement 80%de la population sexuellement active est un jour confrontée à une infection par l’HPV, dont la moitié entre 15 et 24 ans. Même  le préservatif ne protège pas totalement contre le virus.
En effet, seul notre immunité nous permet de nous défendre  et empêcher leur développement, qui n’apparait qu’en cas de baisse de nos capacités de défense, le plus souvent du fait d’immunodépressions transitoires et passagères (grippe, déprime, règles, grossesse….), rarement du fait de causes plus grave (SIDA, tuberculose résistante, corticothérapie au long cours, diabète déséquilibré…)
Vous pouvez  être rassurée quant au risque de cancer du col ou de la vulve puisque les HPV 6 et 11 responsables de ces verrues ne sont pas cancérigènes. Si vous n’êtes plus vierge, il faut tout de même faire un frottis cervico-vaginal de dépistage du cancer du col utérin car rien ne dit que vous n'avez pas aussi attrapé un autre type de virus HPV qui lui peut évoluer vers un cancer du col utérin. (Rarement, dans 1 cas sur 1000 seulement, pour les types HPV  16,18,31,33..........)
Comment se traitent-elles ? Pour les enlever de la vulve ou l’anus ou encore du pénis, on peut utiliser une lame de  bistouri, le bistouri électrique, la cryothérapie (froid) avec l’azote liquide ou encore l’acide trichloracétique pour les brûler. Tous ces moyens se valent, l’essentiel est de les détruire pour permettre à la peau de régénérer sainement Cependant, même si on les retire totalement et que la peau cicatrise, il ne faut pas s’étonner si elles reviennent quelques mois ou années plus tard. Ce n’est pas que le gynécologue ou le dermatologue n'a pas bien fait son travail,  c’est que votre immunité défaillante a permis à d’autres lésions virales de se développer sur d’autres endroits non visibles la première fois.
Il existe en France un médicament sous forme de crème à base d’Imiquimod qui est un modulateur de l’immunité qui permet souvent de les faire disparaître sans destruction mais après une application régulière de plusieurs semaines.
Mais le meilleur traitement reste préventif. Il s’agit d’un vaccin qui protège, outre les souches 6 et 11 responsables des verrues, contre les HPV à haut risques de cancer ou oncogènes responsable du cancer du col (16-18). Ce vaccin est sûr et efficace, quelques soient les dires de ses détracteurs. La polémique est vraiment limitée à certains pays  ou les groupes anti-vaccins essaient et arrivent encore à se faire entendre, notamment en France ou la prévalence vaccinale n’est que de 25% (ça veut tout de même dire de près de 25% des filles de plus de 9 ans ont été vaccinées !!!). Les  effets secondaires sont communs à tous les vaccins et exceptionnellement grave comme l’a prouvé la surveillance des centaines de millions de doses déjà injectées. Aujourd’hui, plus de 60 pays ont  intégré ce vaccin  dans leur programme  national de vaccination. En Suède, en Grande Bretagne, au Portugal, en Australie, plus de 80% des jeunes enfants sont vaccinés. Plus de 20 pays ont aussi intégré les garçons dans leur programme pour les protéger des verrues génitales mais également des autres cancers HPV induits : 5 % des cancers sont attribuables au virus HPV dans le monde. Les HPV à haut risques ou HPV oncogènes sont retrouvés presque à 100 % des cas dans le cancer du col de l’utérus, 88 % de cancers de l’anus, 70 % des cancers du vagin, 50 % des cancers du pénis, 40 % des cancers vulvaires et 20-60 % des cancers de la bouche et de la gorge. Selon différentes sources, 25 à 35 % des cancers chez l’homme seraient attribuables au papillomavirus. Outre le fait de protéger les hommes, la vaccination des garçons permet aussi de diminuer la contamination des femmes. On constate en Australie, qui est le pays le plus à la pointe de la lutte contre le virus, une régression très importante des verrues génitales et le pays espère éradiquer le cancer du col d’ici 2030. Espérons que d’ici-là, le Maroc aura introduit la vaccination anti HPV obligatoire et gratuite.
La vaccination doit se faire avant les premiers contacts sexuels et elle est recommandée dès l’âge de 9 ans, du fait d’une meilleure réponse immunitaire qui limite la prévention à deux doses à cet âge jusqu’avant 14 ans, et à trois doses vaccinales entre 14 et 19 ans. Pour ma part, j’attends avec impatience pour vacciner mes deux enfants  l’arrivée du vaccin 9 valences  qui protégera contre les verrues génitales (HPV 6 et 11) et contre 7 souches responsables de 85% des cancers du col utérins (16, 18, 31, 33, 45, 52, 58).
Au final, les verrues génitales ne doivent pas vous effrayer. Même si leur aspect est repoussant, elles sont juste le signe qui vous avez choppé une infection sexuellement transmissible. Cela  doit juste vous amener à des investigations plus poussées afin de prévenir le cancer du col utérin par la réalisation d’un frottis cervico vaginal chez votre gynécologue, qui doit en fait être réalisé de manière systématique chez toute femme ayant déjà eu des relations sexuelles, verrues ou pas !!!. Mais la meilleure prévention que vous pouvez offrir à votre fille (et à votre garçon aussi) est de la (les) vacciner contre le HPV.
Dr H.BEN ABBES TAARJI
 




Nouveau commentaire :



hicham benabbes taarji
Dr BEN ABBES TAARJI HICHAM
Gynécologue Obstétricien
Angle 239 Bd My Youssef et Rue Nadaud. BOURGOGNE. CASABLANCA
Tel/Fax: 0522473333 Mail : hichambt@gmail.com



Partager ce site

Booking.com